Retour

Ottawa sous surveillance : les appareils n'appartiennent pas au gouvernement, dit Goodale

Le ministre canadien de la Sécurité publique et de la Protection civile affirme que les appareils capables d'intercepter les données des téléphones mobiles qui ont été décelés à Ottawa par une équipe de CBC/Radio-Canada n'appartiennent pas à une agence canadienne.

Lors d'une mêlée de presse, mardi, Ralph Goodale a indiqué avoir parlé avec les dirigeants du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) et de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

« L'activité dont il a été question dans le reportage hier soir n'implique pas, je répète, n'implique pas une agence canadienne comme la GRC ou le SCRS », a affirmé le ministre Goodale. « Ces activités sont maintenant sous enquête active, à la fois par la GRC et le SCRS. »

M. Goodale n'était pas en mesure de dire si les « intercepteurs d'IMSI » détectés à Ottawa pourraient être liés au crime organisé canadien, à une agence étrangère d'espionnage ou à une autre source.

Le ministre a dit être impatient de savoir qui se cache derrière les appareils de surveillance. Il a rappelé que la protection de la vie privée des Canadiens est de la plus haute importance.

« Comme la plupart des services policiers et de sécurité dans le monde, les agences canadiennes ont cette technologie à leur disposition. Par contre, elle n'est utilisée qu'en conformité avec la loi et avec l'approbation des autorités compétentes », a-t-il souligné.

Notre méthodologie

Pour détecter les intercepteurs d'IMSI, nous avons utilisé ce qu’on appelle un « CryptoPhone ». Cet appareil ressemble à un banal téléphone, mais il émet des alertes rouges quand une fausse antenne tente de s'emparer de son signal.

Des médias en Norvège, en Australie et aux États-Unis ont déjà mené une telle expérience, mais il s’agit d’une première au Canada.

Nous avons obtenu de nombreuses alertes à Ottawa, surtout en décembre et en janvier.

Elles sont survenues, entre autres, à différents endroits du marché By, au Centre Rideau et dans les bureaux de Radio-Canada, au centre-ville d'Ottawa.

Avec les informations de CBC

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine