Retour

Ottawa veut plus de réfugiés et moins d'immigrants économiques

Plus de réfugiés et moins d'immigrants économiques. C'est ce qui ressort du plan d'immigration pour 2016 qui a été dévoilé ce matin par le gouvernement fédéral. Au cours de cette année, Ottawa compte accueillir environ 300 000 nouveaux résidents permanents au pays.

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

Pour 2016, le gouvernement Trudeau s'est fixé des objectifs d'immigration plus élevés que ce qu'avait établi le gouvernement conservateur l'année dernière. Cette année, le gouvernement se donne pour objectif d'accueillir entre 280 000 et 305 000 nouveaux résidents permanents au pays. Dans le plan d'immigration de 2015, les conservateurs avaient établi cette fourchette entre 260 000 et 285 000 nouveaux résidents permanents.

Changement de cap

Ottawa change ses priorités dans ce dossier. Les immigrants économiques, qui constituaient environ les deux tiers des nouveaux arrivants accueillis sous l'ancien gouvernement, seront moins nombreux.

Pour consulter ce graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici. 

Ce choix du gouvernement Trudeau dérange le député conservateur Luc Berthold, qui est également l'ancien maire de Thetford Mines. 

Les nouveaux arrivants qui se rendent au Canada pour des motifs humanitaires vont presque doubler par rapport à 2015.

Pour consulter ce graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici. 

Pour le ministre John McCallum, l'accueil de 25 000 réfugiés syriens au pays au cours des derniers mois est un bon exemple de ce que le Canada peut accomplir quand vient le temps d'ouvrir ses portes à des immigrants qui quittent leur pays d'origine pour des raisons humanitaires.

Davantage de réunifications familiales

En campagne électorale, les libéraux avaient fait de la réunification familiale une priorité en immigration. La formation de Justin Trudeau avait par exemple promis de doubler le nombre de parents et grands-parents qui pouvaient faire de nouvelles demandes de résidences permanentes chaque année. Depuis janvier 2014, un moratoire avait été imposé et le nombre de nouveaux dossiers acceptés avait été limité à 5000 par année. 

Pour consulter ce graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Le ministre McCallum veut aussi faire pression auprès des provinces pour qu'il y ait moins d'immigrants qualifiés qui arrivent au pays et qui ne sont pas en mesure d'exercer leur métier.

En citant l'exemple d'ingénieurs et de médecins, le ministre a affirmé que ces dossiers étaient souvent sous des juridictions provinciales. Mais il veut encourager ses homologues à travailler pour mettre fin à une situation qu'il a qualifiée de « frustrante et de contre-productive ».

Plus d'articles

Commentaires