Le Texas est sur le qui-vive. Les autorités ont ordonné jeudi une évacuation dans plusieurs villes en prévision de l'ouragan Harvey, qui prend de plus en plus de vigueur et devrait toucher terre tôt samedi.

Les petites villes côtières comme Portland et Port Aransas sont concernées par ces ordres d’évacuation. Le maire de Corpus Christi, une ville de quelque 300 000 habitants, invite ses citoyens à faire de même.

Les ordres d'évacuation ne sont pas anodins. On attend jusqu'à 76 centimètres de pluie à certains endroits. La montée des eaux de la mer devrait atteindre de 1,8 à 3,7 mètres, selon les secteurs.

Jeudi, dans certaines de ces villes, des résidents se sont rués vers les commerces pour s’approvisionner en vivres.

Peu après midi, le Centre national des ouragans (NHC), a annoncé que la tempête tropicale venait de se transformer en ouragan de catégorie 1, avec des vents de 140 km/h, alors qu'elle se trouvait encore à plus de 400 kilomètres des côtes texanes. L'ouragan se déplace à 17 km/h.

Le centre prévoit une évolution rapide en évoquant un « ouragan majeur » de catégorie 3 sur une échelle de 5, avec des vents de plus de 209 km/h. Il sera « potentiellement mortel », selon le NHC.

Si les données du Centre national des ouragans se confirment, ce sera l'ouragan le plus puissant à déferler sur les États-Unis en 12 ans.

La ville de Houston, la plus importante à se situer sur le passage de Harvey, ne prévoit pas ordonner d'évacuations, mais s'attend à recevoir des pluies importantes pendant cinq jours.

« Cela va probablement provoquer de dangereuses inondations éclair et noyer les terres à travers toute la région », ont prévenu les autorités locales dans un communiqué jeudi soir.

L'État voisin de la Louisiane se prépare également au passage de l'ouragan. Le gouverneur John Edwards a annoncé qu'un demi-million de sacs de sable avaient été placés au large des côtes.

Le maire de La Nouvelle-Orléans, Mitch Landrieu, dont la ville avait été dévastée par le passage de l'ouragan Katrina en 2005, s'attend à « quelques inondations localisées ».

Le secteur énergétique touché

Quatre raffineries directement sur la côte ont été fermées, tandis que les plate-formes pétrolières du golfe du Mexique ont été évacuées.

Plus de 45 % de la capacité de raffinage des États-Unis setrouve de long de la côte du golfe du Mexique et près de 20 % du pétrole brut des États-Unis est produit dans le golfe du Mexique.

Plus d'articles

Commentaires