Retour

#Panam2015 : chocolat, voitures et massages érotiques

Quel est le lien entre du chocolat, des voitures, des massages érotiques et les Jeux panaméricains? C'est la question que se posent aussi les organisateurs de TO2015, qui ont interpellé des entreprises se servant des mots-clics officiels des compétitions pour promouvoir leurs produits.

Un texte de Valérie Ouellet

Depuis le début des Jeux, TO2015 affirme avoir contacté une vingtaine d'entreprises qui utilisaient des termes réservés à ses commanditaires officiels sur les réseaux sociaux pour promouvoir leurs produits. 

« On leur demande d'effacer leurs messages ou statuts et on leur explique qu'ils sont en violation de nos droits commerciaux », explique le responsable des droits commerciaux des Jeux, Christopher Doyle.

Massage érotique et chocolat panaméricain?

Christopher Doyle affirme que la vaste majorité des entreprises contactées ont retiré leurs messages rapidement des réseaux sociaux, incluant plusieurs grandes compagnies automobiles, dont les messages étaient en concurrence directe avec le commanditaire officiel des Jeux, General Motors Canada.

D'autres cas sont plus préoccupants, comme ce compte érotique, qui a publié ce message lundi :

Depuis le 15 juin, le compte @SunflowrMassage publie presque tous les jours des messages Twitter accompagnés des mots-clics #TO2015, #PanAm2015, #Toronto2015 et d'une photo très suggestive.

Une nouvelle version de la chanson officielle des Jeux panaméricains a aussi été retirée de YouTube cette semaine pour des questions de droits d'auteurs.

Radio-Canada a trouvé d'autres messages Twitter écrits par des propriétaires de bars ou de boutiques incluant des photos de leurs produits et le mot-clic #TO2015.

Stratégie à double tranchant

Christopher Doyle affirme que si les entreprises « ne se servent pas des mots-clics pour offrir une promotion précise et faire des revenus », leurs messages seront tolérés.

Jean-Paul Rains, vice-président de l'Agence de marketing social, croit toutefois que ceux qui tentent de faire des profits en se servant de l'engouement des Jeux panaméricains risquent gros.

Plus d'articles

Commentaires