Retour

Panama Papers : la justice panaméenne enquêtera, Mossack Fonseca se défend

Le ministère panaméen de la Justice a annoncé lundi qu'il enquêtera sur le scandale des Panama Papers, qui a révélé comment la firme d'avocats Mossack Fonseca, établie dans ce pays, a aidé les riches et puissants du monde à créer des sociétés-écrans dans les paradis fiscaux.

« Les faits décrits dans des médias nationaux et internationaux sous l'appellation Panama Papers vont faire l'objet d'une enquête », a indiqué le ministère dans un communiqué.

Mossack Fonseca défend le droit au secret

« Nous croyons au secret », plaide un cofondateur de Mossack Fonseca, au coeur du scandale des Panama Papers, qui révèle comment ce cabinet d'avocats a aidé les riches et puissants du monde à créer des sociétés-écrans dans les paradis fiscaux. Le Kremlin affirme pour sa part que toute l'affaire porte l'empreinte de la CIA.

« Nous pensons qu'il y a une campagne internationale contre le droit au secret », s'est plaint Ramon Fonseca dans une entrevue accordée à Reuters.

Selon M. Fonseca, la publication de données montrant que sa firme a créé plus de 214 000 sociétés dans 21 paradis fiscaux pour de prestigieux clients n'est rien d'autre qu'« un crime, un délit », voire « une attaque contre le Panama », le pays où s'est établie la firme, après avoir longtemps œuvré dans les îles Vierges britanniques.

« Plusieurs pays n'apprécient pas que nous soyons très compétitifs pour attirer les entreprises », plaide-t-il. « Il y a deux manières de voir le monde : la première est d'être compétitif et la seconde est de créer des impôts. [...] Il y a une guerre entre les pays ouverts, comme le Panama, et les pays qui taxent de plus en plus leurs entreprises et leurs citoyens. »

M. Fonseca admet que son cabinet a été victime d'un piratage « limité » de ses bases de données. Il soutient cependant que « l'immense majorité » des sociétés que sa firme a créées sont utilisées « à des fins légitimes ».

« Nous nous consacrons à créer des structures juridiques que nous vendons à des intermédiaires tels que des banques, des avocats, des comptables et des trusts », a-t-il encore dit. « Ils ont leurs clients, que nous ne connaissons pas. »

Le Kremlin associe les journalistes à la CIA

Grâce au travail de l'ICIJ, dont fait partie Radio-Canada, une partie de ces prestigieux clients - dirigeants politiques, sportifs de haut niveau - est maintenant connue. Ceux qui ont réagi jusqu'ici tentent de discréditer l'enquête, ou se défendent d'avoir fait quoi que ce soit d'illégal.

À Moscou, le Kremlin a tenté de balayer du revers de la main les informations selon lesquelles un réseau de proches du président russe Vladimir Poutine, dont le violoncelliste Sergueï Roldouguine, a déplacé en secret plus de 2 milliards de dollars entre des sociétés-écrans et des banques russes.

« Poutine, la Russie, notre pays, notre stabilité, les prochaines élections sont la cible principale. Il s'agit de déstabiliser » La Russie, a poursuivi M. Peskov. « Je sais qu'il y a d'autres noms [incriminés dans l'enquête], mais il est clair que la cible principale de ces attaques est notre pays et son président. »

Le président ukrainien Porochenko menacé d'être destitué

En Ukraine, le président Petro Porochenko, incriminé pour avoir créé une société dans les îles Vierges Britanniques au plus fort de la guerre avec les séparatistes prorusses, a affirmé lundi respecter la loi à la lettre. Des députés ukrainiens ont néanmoins annoncé leur volonté de lancer une procédure de destitution à son encontre.

« Je pense qu'il est possible que je sois le premier responsable officiel de très haut rang en Ukraine qui gère de manière très sérieuse la déclaration de ses actifs, le paiement de ses impôts et les problèmes de conflit d'intérêts, et ce, dans le respect total du droit privé ukrainien et international », a affirmé M. Porochenko sur sa page Facebook.

D'après les Panama Papers, une nouvelle entité extraterritoriale (offshore), Prime Asset Partners Limited, a été enregistrée aux îles Vierges britanniques le 21 août 2014 avec pour seul actionnaire mentionné le président Porochenko.

Ces révélations sont particulièrement embarrassantes, puisque le président Porochenko, propriétaire du fabricant de chocolat Roshen, avait promis de vendre ses actifs lors de son élection en mai 2014 et de lutter contre la corruption. Il a depuis expliqué ne pas avoir pu s'en séparer en raison de la crise économique, qui n'était pas propice à une telle transaction.

Selon le journal français Le Monde, qui a travaillé sur l'enquête, le président a « fait répondre par l'un de ses conseils financiers que Prime Asset Partners Limited avait été créé dans le cadre de la restructuration du groupe Roshen comme préalable à sa mise en vente ». Dans sa déclaration de revenus de 2014, M. Porochenko n'a cependant pas mentionné l'existence de cette société.

Appels à la démission du premier ministre islandais

En Islande, le premier ministre Sigmundur David Gunnlaugsson se trouve aussi dans la tourmente, ayant créé avec son épouse une société aux îles Vierges britanniques pour y cacher des millions de dollars. Élu en 2013 en promettant de rompre avec les pratiques qui ont entraîné l'île dans une succession de crises financières, M. Gunnlaugsson avait depuis proclamé sa foi dans la couronne islandaise.

Dans un message publié dimanche sur sa page Facebook, sa prédécesseure, l'ex-première ministre Johanna Sigurdadottir, l'a appelé à démissionner « immédiatement ». « Les gens ne doivent pas avoir un premier ministre dont ils ont honte. »

Plus de 16 000 Islandais ont signé une pétition demandant sa démission et l'opposition va demander un vote de défiance au Parlement qui devrait avoir lieu dans la semaine. La commission constitutionnelle du Parlement se réunira d'ailleurs lundi, selon la radio-télévision publique locale.

Dimanche, le premier ministre Gunnlaugsson s'est montré très mal à l'aise lorsqu'il a été interrogé à ce sujet par la télévision suédoise SVT. Il a préféré quitter la pièce quand les questions sont devenues pressantes.

Les enfants du premier ministre pakistanais mis en cause

L'affaire fait aussi du bruit au Pakistan, puisque trois enfants du premier ministre Nawaz Sharif - sa fille Maryam, pressentie comme son successeur, et ses fils Hassan et Hussain - sont identifiés par les Panama Papers comme propriétaires de biens immobiliers à Londres par le biais de compagnies offshore gérées par Mossack Fonseca.

Le bureau de M. Sharif n'a pas réagi à la nouvelle, mais son ministre pakistanais l'Information, Pervez Rasheed, dément toute infraction. « Tout être humain a le droit de faire ce qu'il veut de ses biens : les jeter à la mer, les vendre ou créer un trust. Il n'y a aucun délit à cela dans le droit pakistanais comme dans le droit international », a-t-il dit.

Hussain Sharif a assuré à la chaîne de télévision Geo que sa famille n'avait « rien fait de mal ». « Ces appartements sont à nous, et ces compagnies offshore aussi nous appartiennent », a déclaré le fils du premier ministre. « Il n'y a rien de mal à cela, je ne les ai jamais cachés, et je n'ai pas besoin de le faire. »

Selon Umar Cheema, du Centre indépendant pour le journalisme d'investigation au Pakistan (CIRP), qui fait partie du ICIJ, « plus de 200 Pakistanais, dont des avocats, des députés, et des représentants du pouvoir judiciaire », sont mentionnés dans les Panama Papers.

Hollande promet des enquêtes

En France, le président François Hollande a promis que le fisc et la justice mèneraient les enquêtes nécessaires. « Ce que je peux vous assurer c'est qu'à mesure que les informations seront connues, toutes les enquêtes seront diligentées, toutes les procédures seront inscrites et les procès éventuellement auront lieu », a-t-il assuré.

« C'est une bonne nouvelle que nous ayons connaissance de ces révélations parce que ça va nous faire encore des rentrées fiscales de la part de ceux qui ont fraudé », a-t-il ajouté.

Selon le grand quotidien Le Monde, qui décrit les Panama Papers comme une « immense caverne d'Ali Baba de l'évasion fiscale », un millier de ressortissants français auraient eu recours aux sociétés-écrans mises en place par Mossack Fonseca.

Le directeur du journal Le Monde, Jérôme Fenoglio, s'est d'ailleurs engagé lundi à divulguer le nom d'un « grand parti politique français » concerné.

En Australie, le fisc a annoncé une enquête sur plus de 800 clients fortunés de Mossack Fonseca. « Nous avons désormais relié plus de 120 d'entre eux à un fournisseur de services à l'étranger basé à Hong Kong », a fait savoir le fisc australien, sans dévoiler le nom de la société en question. 

Plus d'articles

Commentaires