Retour

Pannes au N.-B. : six communautés déclarent l'état d'urgence, des militaires sont sur place

De nouvelles communautés de la Péninsule acadienne ont déclaré l'état d'urgence et une équipe des Forces armées canadiennes mène une opération de reconnaissance dans la région, à la suite de la tempête de pluie verglaçante qui a laissé plusieurs milliers de foyers sans électricité.

Les villages de Sainte-Marie-Saint-Raphaël, Le Goulet et Elsipogtog ont déclaré l’état d’urgence en matinée samedi, selon le porte-parole de l’Organisation des mesures d’urgence au Nouveau-Brunswick, Robert Duguay. Ils s’ajoutent aux communautés de Tracadie, Shippagan et Lamèque qui ont fait pareil dans les derniers jours.

L’armée fera une tournée de reconnaissance dans la Péninsule acadienne, en vue d’une possible intervention, selon le premier ministre Brian Gallant.

« Les forces armées canadiennes ont une équipe de reconnaissance qui va passer dans la région pour voir quel genre d’aide ils seront en mesure de nous offrir. Un rapport sera émis avant la fin de la journée », a dit le premier ministre lors d’une mise à jour samedi en début d’après-midi à Tracadie.

Selon le PDG d'Énergie NB, Gaétan Thomas, 80 % des résidences de la Péninsule acadienne devraient retrouver l'électricité avant la fin de la journée.

Deux morts et sept blessés en raison d'intoxications au monoxyde de carbone

Le premier ministre Brian Gallant a souligné que sept autres personnes ont été incommodées à la suite d’une intoxication au monoxyde de carbone.

Deux personnes avaient perdu la vie vendredi, à la suite d'un empoisonnement à ce même gaz.

« Je n’ai pas les détails de qui ils sont et d’où ils viennent », précise le premier ministre, en soulignant que la sécurité des Néo-Brunswickois est sa priorité.

Un employé d'Énergie NB a également subi des blessures mineures, lors d'une chute.

Des sinistrés à bout de patience

Plusieurs résidents de la Péninsule acadienne ont exprimé leur désarroi face à la situation, après avoir passé une troisième nuit sans électricité.

« Il y a juste l’Université de Shippagan qui s’est occupé à accueillir le monde. À part ça, il n’y a rien qui a été fait. Depuis hier, on dit qu’on a un plan d’urgence, mais on n’a pas encore rien commencé. Pourquoi est-ce qu’ils n’ont pas pris l’aréna pour mettre des génératrices? Il n’y a rien de fait », dit un résident mécontant de Shippagan, Stéphane Bélanger.

Le directeur général de la municipalité de Néguac, Daniel Hachey, affirme aussi que des résidents de son village se sentent négligés par les mesures d’urgence.

Un couple qu’on a trouvé, ils ont le cancer tous les deux, ils ne peuvent pas sortir de la maison. Moi je les appelle les oubliés. Ils n’ont pas de génératrice, pas d’eau.

Daniel Hachey, directeur général de Néguac

Une tempête de pluie verglaçante a plongé 133 000 foyers dans le noir cette semaine. Il y avait encore un peu plus de 43 000 abonnés sans courant, samedi à 13 h, dans l'ensemble de la province. Près de 22 000 abonnés setrouvent dans la Péninsule acadienne.

Plus d'articles

Commentaires