La pression monte pour le chef néo-démocrate, Thomas Mulcair, qui mise cette semaine sur la santé; le chef libéral, Justin Trudeau, parle d'emploi et prépare son débat; le chef des conservateurs, Stephen Harper, se rend en Colombie-Britannique et en Alberta, deux provinces dont les votes seront cruciaux.

Chaque jour, Thomas Mulcair se pointe devant les médias, et il se fait poser les mêmes questions.

Comment allez-vous payer pour vos promesses électorales? Quand allez-vous déposer votre cadre financier?

Affichant un sourire forcé, il évoque son plan à long terme, sa promesse de transparence. Mercredi ne fera pas exception à la règle.

Les questions seront encore posées. Et Thomas Mulcair tentera de ne pas s'en formaliser.

Cette pression, cette tension, ces questions sont le prix à payer pour le NPD, ce parti de gauche qui pour la première fois dans son histoire est dans la course pour prendre le pouvoir.

Le prix à payer, dit Thomas Mulcair, pour essayer d'offrir une alternative au Parti conservateur du Canada de Stephen Harper et au Parti libéral de Justin Trudeau.

Crédibles ou pas ces chiffres? On verra quand le NPD se décidera enfin à les rendre publics, tout juste avant le débat du Globe and Mail sur l'économie. D'ici là, Thomas Mulcair va s'en tenir à SA priorité de la semaine : la santé.

Il promet de rendre le système de santé au pays enfin à la hauteur de ses ambitions : aînés, accès à un médecin de famille, stratégie nationale pour la santé mentale, assurance médicaments.

Et ce n'est pas pour rien s'il lance cette offensive santé dans l'ouest du pays; la proportion de personnes âgées doit y doubler au cours des prochaines années.

Comment payer tout ça? C'est LA question au cœur de la campagne du NPD en ce moment.

On a vu cette semaine qu'il s'y connaît en jeu de boules (bocce) et qu'il sait jongler avec au moins trois balles.

Comme tous les chefs, le libéral Justin Trudeau se prête presque tous les jours à des séances de photos souvent plus que moins orchestrées pour illustrer ses annonces.
Mais aujourd'hui, ne vous attendez pas à de nouvelles démonstrations de ses talents.

Et pourtant, Justin Trudeau a une journée importante, sauf que vous n'en verrez presque rien. Il s'accorde du temps pour se préparer en vue du prochain débat des chefs, jeudi à Calgary. Un débat crucial puisqu'il va porter sur l'enjeu numéro un des Canadiens dans cette campagne : l'économie.

Les questions des médias lors de son point de presse d'hier peuvent probablement lui donner un avant-goût de ce qui l'attend. Son vaste plan d'investissement en infrastructure, mais surtout ses trois déficits de suite, sont-ils plus difficiles à défendre politiquement, maintenant que le Canada a affiché un surplus en 2014-2015?

L'économie sera le thème de sa seule annonce prévue de la journée. Une annonce tôt ce matin, à Waterloo en Ontario, où il devrait être question d'emplois et de compétences.

Dans la tournée du chef conservateur Stephen Harper, deux provinces de l'Ouest sont au programme aujourd'hui, deux provinces dont les votes vont être cruciaux le 19 octobre prochain : la Colombie-Britannique et l'Alberta.

Stephen Harper passe du temps dans la région de Burnaby, la banlieue nord et ouest de Vancouver. Deux circonscriptions, Burnaby-New Westminster et Burnaby-Douglas, ont été détenues par le NPD. Mais elles ont été dissoutes dans trois nouvelles circonscriptions : Burnaby-Sud, Burnaby-Nord et New Westminster-Burnaby, que les conservateurs convoitent.

Et le premier ministre sortant ira encore plus à l'ouest, dans Pitt Meadows-Maple Ridge, avec un discours qui s'en prend de plus en plus aux idées économiques de ses adversaires, tant libéraux que néo-démocrates, qu'il appelle les autres gars, « the other guys ».

Et puis ce sera le retour dans sa province de résidence, l'Alberta, le berceau du mouvement conservateur actuel, pour un rassemblement chez la candidate Michelle Rempel, où les conservateurs ne sont pas en danger. Ailleurs à Calgary, les appuis pourraient vaciller, quoique les élections sont encore loin.

Plus d'articles

Commentaires