Dévoilement du très attendu cadre financier du NPD; Justin Trudeau qui poursuit sa tournée de rencontres avec des maires; Stephen Harper en préparation pour le débat sur l'économie : voici ce qui attend nos journalistes qui suivent les caravanes des chefs, mercredi.

Je ne me rappelle pas en campagne électorale fédérale avoir vu les enchères tant monter autour de la présentation du cadre financier d'un parti politique. C'est dire toute la pression qui pèse sur les épaules des stratèges du Nouveau Parti démocratique.

Une course à trois, un parti de gauche qui entrevoit pour la première fois les portes du pouvoir. Le calcul politique est simple : le NPD n'a pas droit à l'erreur mercredi, veille du débat sur l'économie.

À vrai dire, le NPD est presque confronté à la quadrature du cercle : équilibrer le budget tout en promettant d'investir des milliards de dollars en infrastructures, pour bonifier les transferts en santé, financer un programme national de garderies et j'en passe.

« Moi, je suis tanné des libéraux et des conservateurs qui laissent une dette aux générations futures. Je veux que notre plan soit solide, sur des fondations réelles et équilibrées. C'est comme ça qu'on va vraiment bâtir pour l'avenir », affirmait Thomas Mulcair lors d'un rassemblement partisan mardi soir.

Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il a placé la barre très haut.

Il est plutôt facile de prédire que le NPD va reporter la part du lion de ses dépenses dans les années 3 et 4 d'un éventuel mandat, question de s'acheter du temps.

Mais quelles seront les prédictions de croissance, de revenus? Dans l'exercice périlleux dans lequel se lance le parti de Thomas Mulcair, chaque virgule va compter.

C'est la crédibilité du pari néo-démocrate qui pèse dans la balance. Un pari qui sera scruté à la loupe au cours des prochains jours.

En dévoilant ses chiffres à 15 h, le NPD espère se donner des assises assez solides pour passer au travers du débat de jeudi.

Quant aux nuances et aux virgules.... Comme le disait Scarlett O'Hara dans Autant en emporte le vent : « Après tout, demain est un autre jour! »

Ne pas se montrer seul. Une façon de donner meilleure impression, surtout en terrain étranger.

Justin Trudeau fait campagne en Alberta aujourd'hui, une province peinte en bleu de bord en bord au fédéral, avec une petite tache orange sur une seule des circonscriptions d'Edmonton.

Dans ce fief conservateur, Justin Trudeau va rencontrer Naheed Nenshi, le populaire maire de Calgary. Le chef libéral ne va pas jusqu'à lui demander son appui. Il n'empêche qu'une séance de photos est sûrement la bienvenue.

Cet été, en plein Stampede, le maire Nenshi a laissé entendre que la victoire du NPD de Rachel Notley aux élections provinciales pourrait laisser présager une percée libérale ou néo-démocrate à Calgary et Edmonton.

Attendez-vous à ce que Justin Trudeau présente à Naheed Nenshi son vaste plan d'investissement en infrastructures. Il poursuit ainsi sa tournée de rencontres avec des maires. On peut déjà cocher sur sa liste : Denis Coderre à Montréal, Régis Labeaume à Québec, John Tory à Toronto et Don Iveson à Edmonton.

Bien sûr, Justin Trudeau est aussi à Calgary en vue du débat des chefs sur l'économie, demain. Mais alors que ses adversaires semblent avoir prévu se tenir loin des caméras aujourd'hui pour se préparer au débat, Justin Trudeau, lui, a étalé sa préparation cette semaine. Il s'accorde donc le temps de rencontrer le maire, évitant du même coup d'être carrément absent de la sphère médiatique pendant toute une journée.

Stephen Harper a marqué son retour dans son fief de Calgary par un grand rassemblement, mardi soir, dans Calgary-Nose Hill. Certainement plus de 1000 personnes sont venues l'entendre.

Pour les deux prochains jours, on le verra peu, il va consacrer tout son temps à se préparer au débat sur l'économie, et ce sera, aujourd'hui du moins, un autre Albertain qui prendra la relève : Jason Kenney.

Il fera un point de presse pour souligner les faiblesses des programmes économiques de ses adversaires, quel hasard!

Mais attendez-vous à ce qu'il se fasse aussi poser des questions sur le port du niqab aux cérémonies d'assermentation de nouveaux citoyens. La Cour fédérale d'appel n'a pas voulu entendre les arguments du fédéral qui voulait infirmer un jugement d'une cour inférieure qui permet aux femmes voilées de prêter serment. Le Parti conservateur déplore le jugement, un autre revers en cour pour le gouvernement sortant.

Dernière chose à souligner, les mots très durs de Stephen Harper contre le NPD dans son discours d'hier soir. Un gouvernement néo-démocrate aux deux niveaux détruirait l'économie de l'Alberta pour un long moment, il ne faut pas que ça arrive, dit-il.

Plus d'articles

Commentaires