Retour

Partenariat transpacifique : « la pire chose » qu’a faite Harper, selon Jim Balsillie

Le cofondateur de RIM, rebaptisée BlackBerry, Jim Balsillie pense que l'accord de libre-échange transpacifique (PTP) conclu par l'ancien gouvernement Harper pourrait priver le Canada de milliards de dollars en développement économique.

Le nouveau premier ministre Justin Trudeau a dit qu'il analyserait le PTP réunissant douze pays avant de le ratifier.

Selon M. Balsillie, l'accord désavantage les inventeurs canadiens, qui seraient forcés de se plier aux règles négociées par les États-Unis, en matière de propriété intellectuelle, une situation qu'il qualifie de « troublante ».

« C'est un traité qui encadre tout, pour toujours, ajoute-t-il. On ne peut pas en sortir. »

Selon lui, l'équipe de négociateurs canadiens n'a pas été à la hauteur de leurs homologues américains. « Ils ont été plus rusés que nous », dit-il.

Durant la dernière campagne électorale, Stephen Harper avait vanté les mérites du Partenariat, qui donnerait accès à un marché de près de 800 millions de personnes. Selon le chef conservateur, le Canada ne peut se permettre d'en être exclu. 

M. Balsillie affirme, au contraire, que les déficits de jusqu'à 10 milliards de dollars prévus au cours des trois prochaines années sous le nouveau gouvernement libéral seraient de la petite bière comparativement aux pertes liées au PTP, selon lui. Pour sa part, la nouvelle ministre du Commerce international Chrystia Freeland invite les Canadiens à soumettre leurs commentaires.

 

Plus d'articles

Commentaires