Retour

Parti vert : non aux superpétroliers et aux pipelines « hasardeux »

La chef du Parti vert du Canada, Elizabeth May, affirme que le Canada a besoin d'évaluations environnementales plus solides pour protéger les côtes canadiennes des risques accrus que représentent les projets d'oléoducs et de transport pétrolier.

Un texte de Sophie Rousseau

Le Parti veut également interdire les superpétroliers au large des côtes de la Colombie-Britannique et imposer un moratoire sur le forage de pétrole et de gaz dans le golfe du Saint-Laurent.

La chef du Parti, Elizabeth May, souhaite inscrire le droit à un environnement sain dans la Constitution et demande que soit développé un programme national d'énergie avec un engagement ferme de s'attaquer aux changements climatiques.

Accompagnée par 10 candidats du Parti vert briguant un mandat dans les circonscriptions de l'île de Vancouver et le long de la côte ouest pour les élections fédérales d'octobre, Elizabeth May a réitéré la ferme opposition du Parti vert à tout projet d'oléoduc, que ce soit ceux proposés par Enbridge ou par Kinder Morgan dans l'Ouest, ou le projet Énergie Est proposé par TransCanada.

La chef, députée sortante de Saanich-Gulf-Island, en banlieue de Victoria, estime que l'économie du Canada ou de l'Alberta n'a pas besoin des pipelines pour survivre.

Protéger les manifestants

Les verts veulent aussi se débarrasser du projet de loi C-51 du gouvernement, sur la sécurité, car selon eux, il rend la vie plus facile aux autorités qui veulent espionner les militants environnementaux.

Le Parti affirme que la GRC devrait recevoir des breffages scientifiques pour s'assurer que la police comprend les préoccupations de ceux qui veulent réduire les changements climatiques en dépendant moins des énergies fossiles.

La candidate verte de Burnaby-Nord-Seymour, Lynn Quarmby, qui s'est fait connaître lors de son arrestation pour son opposition au projet de pipeline Trans Mountain proposé par Kinder Morgan, a souligné que ce projet ne créerait que 50 emplois, mais augmenterait dangereusement la circulation de pétroliers au large de la côte ouest.

« Il serait temps que nous mettions nos énergies à promouvoir une industrie des énergies renouvelables plutôt que de subventionner l'exploitation d'énergie fossile », a affirmé la candidate verte de North-Vancouver, Claire Martin. Elle ajoute qu'une stratégie nationale d'énergie doit considérer l'impact potentiel sur les émissions de gaz à effet de serre.

Selon la chef du Parti vert, Elizabeth May, « un moratoire fédéral sur le transport pétrolier a été établi en 1972, mais il n'est pas respecté depuis l'arrivée au pouvoir du gouvernement de monsieur Harper ». Elle veut faire voter une loi sur l'interdiction pour les pétroliers de circuler le long des côtes de la Colombie-Britannique.

Le Parti conservateur nie la portée du moratoire de 1972, qu'il appelle une « zone d'exclusion volontaire ».

Madame May a par ailleurs promis qu'elle travaillerait avec tout parti autre que les conservateurs pour former un gouvernement minoritaire si les résultats des élections le permettent.

Plus d'articles

Commentaires



Rabais de la semaine