Retour

Pas d'accusations contre le député Gerry Sklavounos, tranche le DPCP

Le député libéral de Laurier-Dorion, Gerry Sklavounos, s'est dit soulagé et satisfait de la décision du Direction des poursuites criminelles et pénales (DPCP) de ne pas porter d'accusation à la suite des allégations d'agression sexuelle lancées contre lui par une jeune femme de Québec.

À la lumière du rapport d’enquête présenté par le Service de police de la Ville de Québec, le DPCP « conclut qu’aucun acte criminel n’a été commis ».

Le DPCP a rencontré la plaignante afin de lui expliquer les motifs qui sous-tendent sa décision avant de la rendre publique.

Les allégations de la jeune femme avait forcé M. Sklavounos à se retirer du caucus du Parti libéral du Québec (PLQ) en octobre dernier.

« C'est avec soulagement et satisfaction que ma famille et moi avons accueilli la décision du DPCP de ne pas porter d'accusations suite aux allégations rendues publics au mois d'octobre dernier », a déclaré M. Sklavounos dans un communiquer.

Âgé de 41 ans, M. Sklavounos occupait le poste de leader parlementaire adjoint à l'Assemblée nationale. L’avocat de formation a été élu à l’Assemblée nationale pour la première fois en 2007.

M. Sklavounos a toujours clamé son innocence sans commenter davantage les faits qui lui étaient reprochés par la plaignante pour éviter de nuire à l’enquête policière. Il avait simplement déclaré, par voie de communiqué, « avoir toujours agi dans le plus grand respect des personnes que j’ai côtoyées ».

Il avait également émis le souhait que la lumière soit faite sur les allégations lancées à son endroit.

Plus de détails à venir.

Plus d'articles