Retour

Pas d’importation d’oeufs contaminés au Canada

Le Canada n'a pas encore importé d'oeufs en provenance de l'Union européenne (UE), aux prises avec un scandale de contamination dans le secteur, selon l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA).

« Seule l’importation d’ovoproduits pasteurisés en provenance de l’Union européenne est permise depuis janvier 2017 par l’ACIA, indique par courriel Maria Kubacki, relationniste pour l’Agence. L’importation des œufs de table n’est pas permise. Ceci étant dit, il n’y a pas eu d’importation à ce jour. »

Si jamais des produits de l’oeuf arrivaient en sol canadien, l’ACIA « procédera à une inspection et un échantillonnage pour vérifier la présence de résidus chimiques », explique-t-elle en ajoutant que l’Agence suit de près le scandale en Europe.

Plus de quinze pays touchés en Europe

L'UE veut convoquer les 15 pays frappés par la crise des oeufs contaminés à l'insecticide en Europe, a proposé vendredi son commissaire européen de la Santé.

Il veut « tenir une réunion de haut niveau rassemblant les ministres concernés ainsi que les représentants des agences de sécurité alimentaire dans tous les États membres touchés, dès que l'ensemble des faits sera à notre disposition ».

Depuis que le scandale a éclaté aux Pays-Bas, en Belgique et en Allemagne la semaine dernière, la liste des pays touchés a continué de s’allonger jeudi avec le Danemark, la Slovaquie et la Roumanie. On comptait déjà la France, la Suède, le Royaume-Uni, l’Autriche, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, la Pologne, la Slovénie ainsi que la Suisse. Hong Kong est également touché, selon la Commission européenne.

En France, on estime qu’au moins 250 000 oeufs contaminés ont été mis en marché, a annoncé vendredi le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, tout en rassurant la population sur les risques limités pour la santé.

Deux centres d’emballage ont reçu un premier lot de 196 000 oeufs contaminés provenant de la Belgique en avril. Un deuxième lot néerlandais de 48 000 unités a été offert dans les magasins Leader Price en juillet. Les oeufs testés qui s’avéreront propres à la consommation retourneront sur le marché.

Traquer les responsables

Utilisé contre les poux et les tiques sur les animaux domestiques, l’antiparasite fipronil est interdit dans la production alimentaire, notamment dans les élevages de poules de l’Union européenne. Des entreprises de désinfection y ont toutefois eu recours dans des exploitations avicoles des Pays-Bas, de la Belgique et de l’Allemagne.

Une enquête a été ouverte depuis que des millions d’oeufs ont été retirés des rayons dans ces pays la semaine dernière. Deux dirigeants de l'entreprise ChickFriend ont été arrêtés jeudi en lien avec cette affaire.

Les oeufs contaminés présentent un faible risque pour la santé des consommateurs, indique l’agence sanitaire française. Cet antiparasite peut toutefois provoquer des troubles neurologiques et des vomissements s’il est ingéré à haute dose.

Le scandale cause des pertes se chiffrant dans les millions d’euros. Aux Pays-Bas, 160 exploitations sont toujours bloquées, tandis qu’on en compte une cinquantaine en Belgique.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine