Retour

Pékin répond à Donald Trump, qui est « très déçu par la Chine »

Le président américain ne devrait pas mêler les dossiers de la Corée du Nord et celui des échanges commerciaux, a prévenu Pékin, lundi, en réaction à des tweets de Donald Trump.

« Le problème du nucléaire nord-coréen et les échanges commerciaux sino-américains sont deux sujets distincts [...] qui n'ont rien à voir et qui ne doivent pas être discutés conjointement », a affirmé le vice-ministre chinois du Commerce, Qian Keming.

Il réagissait en conférence de presse à des messages où le président américain exprimait sa déception face à la Chine, après que la Corée du Nord eut effectué vendredi un nouveau tir de missile intercontinental.

« Je suis très déçu par la Chine. Les ex-dirigeants [américains] ont eu la bêtise de laisser les Chinois gagner des centaines de milliards de dollars par an en commerçant [avec les États-Unis], et maintenant ils ne font RIEN pour nous avec la Corée du Nord, hormis parler », a écrit M. Trump sur Twitter.

Le dirigeant chinois a pour sa part soutenu que « la Chine va continuer à travailler avec la communauté internationale pour promouvoir la dénucléarisation de la péninsule coréenne. La Chine souhaite également travailler côté américain à un développement plus équilibré de la relation commerciale bilatérale », a ajouté Qian Keming.

Les essais nord-coréens constituent une épine dans le pied des relations sino-américaines, et le président américain évoque depuis plusieurs mois le spectre d’une action pour mettre un frein aux ambitions du régime stalinien de Kim Jong-un. Il demande notamment à la Chine, l'unique soutien économique et diplomatique de Pyongyang, de contrôler les ambitions de son voisin.

Le journal chinois The Global Times, contrôlé par l’État, a écrit en éditorial lundi que les « mauvais tweets » du président américain n’aidaient en rien, et qu'il ne comprenait pas les enjeux.

« Pyongyang est déterminé à développer son programme de missiles nucléaires et ne s’inquiète pas des menaces militaires des États-Unis et de la Corée du Sud. Comment des sanctions chinoises pourraient-elles changer la situation », a demandé le journal, publié par le Parti communiste.

Donald Trump choisit une fois encore de rejeter la responsabilité sur Pékin pour les progrès du nucléaire nord-coréen comme pour le déficit commercial abyssal des États-Unis avec la Chine, de près de 310 milliards de dollars l'an dernier, a déploré lundi un autre média chinois, l'agence étatique Chine nouvelle.

Trump et Abe discutent

Les essais nord-coréens ont d’ailleurs été au cœur d’une discussion téléphonique entre Donald Trump et le président japonais Shinzo Abe dimanche.

« La Corée du Nord représente une menace directe sérieuse et grandissante pour les États-Unis, le Japon, la Corée du Sud et d'autres pays proches et lointains », ont estimé de concert Donald Trump et le premier ministre japonais, dans un communiqué de la Maison-Blanche.

M. Abe a déclaré à des journalistes, après sa conversation avec M. Trump, que les efforts répétés de la communauté internationale pour trouver des solutions pacifiques en ce qui a trait à la Corée du Nord ne portaient pas leurs fruits et que Pyongyang poursuivait malgré tout une escalade unilatérale.

« La communauté internationale, y compris la Russie et la Chine, doit prendre cela très au sérieux et augmenter les pressions », a dit M. Abe, indiquant que le Japon et les États-Unis allaient prendre des mesures concrètes, sans donner de détails.

Les deux dirigeants se sont engagés à accroître la pression économique et diplomatique sur Pyongyang et à convaincre d'autres pays d'en faire autant.

La Corée du Nord, elle, a renchéri dimanche en assurant qu'elle riposterait en cas de provocations militaires de Washington. Le tir de vendredi survient après un premier test réussi, le 4 juillet, d'un missile intercontinental. Des experts estiment que le second missile était beaucoup plus puissant.

En réaction au tir de Pyongyang, les États-Unis multiplient les exercices militaires conjoints avec la Corée du Sud. Des bombardiers supersoniques B-1B ont été déployés dimanche au-dessus de la péninsule en réponse au tir de missile nord-coréen.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine