Retour

Percée importante dans le traitement du glaucome

L'administration d'insuline par gouttes ophtalmiques rétablit la communication entre les neurones et le fonctionnement de la rétine, montrent des travaux réalisés au Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM).

Un texte d'Alain LabelleL’équipe de la Pre Adriana Di Polo a découvert que les neurones de la rétine ont la capacité de régénérer leurs dendrites (les prolongements arborescents des cellules nerveuses) après une lésion du nerf optique.

Cette capacité de régénération était inconnue de la médecine, affirme la Pre Di Polo, qui explique que cette nouvelle connaissance ouvre de nouvelles pistes thérapeutiques pour améliorer la vue des patients atteints du glaucome, mais aussi d’autres maladies neurodégénératives, notamment l’alzheimer.

Un tueur de neurones silencieux

Le glaucome est une maladie de l’œil qui évolue graduellement, sur plusieurs années. Il perturbe le fonctionnement du nerf optique qui transmet au cerveau les signaux permettant de voir. Si ses causes restent mystérieuses, la hausse de la pression dans l’œil est considérée comme un de ses symptômes principaux.

Le rétrécissement graduel de la vision périphérique est souvent le premier symptôme de la maladie.

À ce jour, la perte de vision due à l’endommagement du nerf optique était considérée comme un phénomène irréversible en raison de la rétraction rapide des dendrites.

En outre, la recherche sur le glaucome s’était surtout concentrée sur la protection et la régénération des axones, les fibres conductrices de l’information nerveuse, tandis que les dendrites avaient été largement ignorées.

Préparer la suite

L’équipe montréalaise étudie maintenant la possibilité de mettre au point un médicament qui imite l’insuline en reproduisant son effet régénérateur. L’insuline a une faible toxicité chez l’humain et, comme il s’agit d’un médicament déjà approuvé par Santé Canada, le traitement pourrait faire l’objet d’un protocole de recherche chez l’humain plus rapidement que dans d’autres essais cliniques.

Le détail de ces travaux est publié dans le journal Brain (en anglais).

Plus d'articles