Retour

Pétition contre Nestlé : la C.-B. reverra sa politique d'accès aux aquifères

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a déclaré qu'il reverrait sa politique de droit d'accès aux réserves d'eau de la province à la suite d'une récente controverse entourant le droit d'accès attribué à la firme Nestlé.

En effet, à partir de 2016, le géant suisse et d'autres compagnies ne payeront que 2,25 $ par million de litres puisés dans les aquifères de la province. La mesure est dénoncée dans une pétition signée par plus de 223 300 personnes mardi midi.

« Nous avons entendu que les gens trouvent [ce tarif] inapproprié, » a déclaré Christy Clark, la première ministre libérale de la Colombie-Britannique. La province estime cependant que le montant réclamé à Nestlé est un droit d'accès à l'eau et non le prix payé pour l'eau elle-même et ne représente pas la vente d'une ressource naturelle.

La dirigeante du groupe environnementaliste Pebble in the Pond, Judi Tyabji, craint aussi qu'en s'attaquant au prix que paye Nestlé, la pression populaire risque de transformer la nappe phréatique en denrée d'exportation sujette aux accords internationaux tels que l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) qui sont hors de contrôle de la Colombie-Britannique.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête de neige au Colorado rend la conduite difficile





Rabais de la semaine