Retour

Peut-on acheter une franchise sans y laisser sa chemise?

D'ex-franchisés de Qualinet, un joueur important dans l'industrie du nettoyage après sinistre, ont perdu gros en se portant acquéreurs d'une franchise de nettoyage à sec. Des projections financières irréalistes fournies par Qualinet seraient à l'origine de la fermeture de leur entreprise après seulement une année d'activité.

Un reportage de Maxime Poiré à La facture

En 2013, Yves Lacroix et Frédéric Monger ont investi environ 300 000 $ dans l'achat d'une franchise de nettoyage à sec de Qualinet, déjà en activité dans la région de Québec. Voici ce qu'Yves Lacroix prétend qu'on lui a expliqué avant de signer le contrat :

Mais les revenus escomptés ne sont pas au rendez-vous. Ils tentent tant bien que mal de maintenir à flot la franchise, mais après presque une année d'activité, ils doivent fermer boutique, étranglés par les dettes.

Yves Lacroix et Frédéric Monger Photo : Radio-Canada

Des projections loin de la réalité

Les projections financières fournies par Qualinet et sur lesquelles Frédéric Monger et Yves Lacroix se sont basés pour l'achat de la franchise étaient loin de la réalité.

Le document contenait pourtant une note ajoutée par Qualinet où l'on pouvait lire que « les données de la première année sont tirées des ventes de l'ancien propriétaire ». Selon ces chiffres, la franchise était clairement rentable.

D'autres franchisés dans la même situation

La facture a rencontré quatre ex-franchisés de la région de Québec qui ont eux aussi perdu gros. Avant d'acheter leur franchise, ils ont tous reçu des projections financières de Qualinet. En les comparant, nous avons découvert que les colonnes de revenus étaient identiques. Pourtant, leurs franchises étaient toutes situées sur des territoires différents. Un véritable copier-coller de projections qui se sont avérées largement erronées.

Pierre Garceau, PDG du Conseil québécois de la franchise, ne croit pas qu'il s'agisse d'une bonne façon de faire.

Pierre Garceau, PDG du Conseil québécois de la franchise. Photo : Radio-Canada

Les devoirs du franchiseur et du franchisé

Le Conseil québécois de la franchise représente plus de 80 franchiseurs et 1133 franchisés. Selon Pierre Garceau, les franchisés doivent vérifier la vraisemblance des informations qui leur sont transmises, tandis que les franchiseurs doivent s'assurer que leurs projets sont viables.

Dans un courriel envoyé à l'époque aux deux associés, le président de Qualinet, Éric Pichette, leur reprochait de ne pas avoir fait assez d'efforts pour développer des points de dépôt et une route de cueillette et livraison sur leur territoire.

Il ajoutait qu'il a toujours été écrit noir sur blanc que les projections financières fournies n'étaient pas garanties par Qualinet. Au bas du document, une note indique que les projections financières « ne sont qu'à titre indicatif et ne sont aucunement garanties par le franchiseur ». On retrouve aussi cette clause dans le contrat de franchise.

Éric Pichette a refusé les demandes d'entrevue de La facture.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine