De retour d'une longue convalescence, Pierre Moreau prend la tête du Conseil du Trésor, fonction occupée jusqu'ici par Carlos Leitao, qui demeure ministre des Finances. M. Moreau devient également ministre responsable de l'administration gouvernementale et de la révision permanente des programmes.

« Il y a encore bien du temps dans le mandat, au mois d’avril on sera à 18 mois de l’élection générale, a expliqué le premier ministre. Il n’est pas exclu qu’il y ait d’autres changements qui se produiront. »

« Je suis toujours à la recherche de moyens d’améliorer mon équipe et particulièrement dans l’optique d’un rajeunissement, a poursuivi Philippe Couillard, en précisant qu’il « faut savoir concilier l’expérience et la nouveauté. »

Le ministre Moreau a indiqué que le dossier des avocats et notaires de l’État québécois (Laneq) en grève constituait l’une de ses deux priorités, l’autre consistant en un contrôle rigoureux des finances publiques.

« La priorité est de prendre connaissance de l’ensemble des dossiers, et les plus urgents me semblent être les dossiers liés aux négociations, notamment les juristes de l’État, a déclaré M. Moreau en conférence de presse à Québec. Je le ferai dès cet après-midi. Il y aura une séance du Conseil du trésor et après quoi j’aurai l’occasion de prendre connaissance de l’état des négociations. »

« Il n’est pas question de laisser perdurer un conflit comme celui-là, a-t-il poursuivi. Les juristes de l’État sont des gens pour qui nous avons beaucoup de considération. Ce sont des gens qui apportent une expérience toute particulière et essentielle aux gestes posés par l’État. »

Mon intention est de faire en sorte que nous puissions rapidement retourner à la table de négociations et de voir à ce qu’une entente négociée soit conclue entre eux et le gouvernement.

Pierre Moreau

« Évidemment s’il y avait un obstacle infranchissable… mais vous savez, en négociations, on ne commence pas par regarder les obstacles, a ajouté le ministre Moreau. On commence par regarder quelles sont les opportunités de règlement. »

« Je ferai des recommandations au Conseil des ministres lorsque j’aurai d’une part pris connaissance de l’ensemble du dossier des négociations et rencontré les représentants de Laneq pour voir quels sont les éléments ou quelles seraient les voies de passage qui nous permettraient d’obtenir un règlement négocié », a indiqué M. Moreau.

Hamad toujours sur la touche

Le premier ministre Couillard a refusé de commenter les raisons qui l’ont conduit à ne pas réintégrer son ancien ministre Sam Hamad au sein du cabinet des ministres.

« J’ai déjà dit que je ne discutais pas publiquement des nominations ou des non-nominations au conseil des ministres, a-t-il expliqué. Ce sont des considérations qui demeurent ma prérogative et pour lesquelles les réflexions sont toujours très importantes. »

Le retrait de M. Hamad, le printemps dernier, devait être temporaire. Or, en dépit d’avoir été innocenté par le commissaire à l’éthique, M. Hamad est toujours tenu à l’écart de fonctions ministérielles.

Le député de Louis-Hébert s’était retiré du conseil des ministres, en avril dernier, dans la foulée des révélations de l’émission Enquête au sujet de ses liens avec Marc-Yvan Côté, lorsque ce dernier était vice-président du C. A. de Premier Tech.

Deux mois plus tard, le commissaire à l’éthique et à la déontologie de l’Assemblée nationale avait tranché en affirmant que Sam Hamad avait manqué aux valeurs de l’Assemblée nationale, mais ne recommandait aucune sanction.

« Je tiens à dire que Sam est une partie importante de notre équipe, une partie importante de notre caucus de Québec, a-t-il poursuivi. Il a une connaissance très fine de la réalité politique et économique de la grande région de Québec. »

Le premier ministre Couillard a émis le souhait de rajeunir son cabinet au cours du présent mandat. « On a de jeunes ministres dans notre conseil des ministres qui sont déjà très actifs », a-t-il avancé.

« Je vois le talent qui est là, je vois également la valeur de l’expérience. Il faut savoir faire l’équilibre de tout ça. C’est certain qu’on aura d’autres occasions – le mandat n’est pas terminé – d’apporter des changements, je crois, qui iront notamment dans la direction de nominations de personnes jeunes au conseil des ministres. »

Plus d'articles

Commentaires