Retour

Plébiscite à l'Î.-P.-É. : les électeurs choisissent le changement

L'Île-du-Prince-Édouard pourrait devenir la première province canadienne à rompre avec le mode de scrutin uninominal majoritaire à un tour. Les électeurs de la province insulaire ont opté pour la représentation proportionnelle mixte à l'issue d'un plébiscite sur la réforme du mode de scrutin, lundi soir.

Un texte de François Pierre Dufault

L'option de la représentation proportionnelle mixte a récolté 52 % des suffrages exprimés après quatre tours de scrutin.

« L'Île-du-Prince-Édouard est l'endroit où a été discutée la naissance de notre pays. Nous nous retrouvons 150 ans plus tard et c'est nous, encore une fois, qui faisons avancer le pays. Nous avons donné naissance à un renouveau démocratique », s'est réjoui le chef du Parti vert, Peter Bevan-Baker, quelques minutes après l'annonce du résultat du plébiscite.

Quelques dizaines de partisans de la représentation proportionnelle s'étaient donné rendez-vous dans un salon de quilles du centre-ville de Charlottetown. Ils ont vécu toute une gamme d'émotions, de l'incrédulité à l'euphorie.

« Les électeurs se sont reconnus dans notre vision de l'Île-du-Prince-Édouard, qui est une vision qui reflète le meilleur de nos valeurs », a partagé Mark Greenan, porte-parole de la Coalition de l'Î.-P.-É. pour la représentation proportionnelle.

Les électeurs de l'Île-du-Prince-Édouard devaient classer, par ordre de préférence, cinq options de mode de scrutin. Les scrutateurs ont procédé par élimination et par redistribution des voix jusqu'à ce qu'il ne reste que deux options. Au quatrième tour de scrutin, la représentation proportionnelle mixte a obtenu une majorité des voix sur le système actuel uninominal majoritaire à un tour.

Les autres propositions étaient un système uninominal majoritaire à un tour plus les chefs de partis, un système préférentiel et une autre variation d'un système proportionnel.

Or, à peine 36 % des électeurs à l'Île-du-Prince-Édouard se sont rendus aux urnes au cours des 10 jours du plébiscite, ce qui soulevait déjà des doutes quant à la légitimité du vote, lundi soir.

Dans une brève déclaration écrite, le premier ministre Wade MacLauchlan a fait savoir qu'il allait examiner le résultat du plébiscite avec son conseil des ministres, mardi. Mais il a souligné, par la même occasion, que les Insulaires « avaient voté à un taux substantiellement plus bas que notre bilan bien établi ».

Il s'en est d'ailleurs fallu de peu pour que la province qui enregistre habituellement les plus hauts taux de participation au Canada batte son record d'abstention d'environ 32 %, ironiquement établi lors d'un premier référendum sur la réforme électorale en 2005.

Dans les faits, le résultat du plébiscite n'oblige en rien la province.

Mais pour le chef du Parti vert, dont la formation est systématiquement désavantagée par le système électoral actuel, le taux de participation est nettement suffisant pour que Charlottetown change de mode de scrutin.

« Le taux de participation est décevant. Je ne prétends pas le contraire. Mais c'est un énorme échantillon d'Insulaires. C'est 36 % de la population. C'est un message clair. C'est ce que veulent les Insulaires. Allons-y. Apportons le changement voulu », a exhorté Peter Bevan-Baker, lundi soir.

Les électeurs de l'Île-du-Prince-Édouard ont pu exercer leur droit de vote lors du plébiscite sur la réforme électorale en personne, par téléphone et par Internet. Les jeunes de 16 et 17 ans pouvaient également voter - une première au pays.

Plébiscite sur le mode de scrutin à l'Î.-P.-É.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?