Retour

Plus de 3 milliards $ réclamés pour l'eau potable dans les communautés autochtones

Le gouvernement de Justin Trudeau devrait dépenser au moins 3,2 milliards de dollars d'ici 2020 pour éliminer les avis d'ébullition de l'eau à long terme dans les communautés autochtones et mettre à niveau leurs systèmes d'aqueduc, estime le directeur parlementaire du budget (DPB) dans un nouveau rapport publié jeudi.

De cette somme, plus de la moitié (1,8 milliard de dollars) irait à l’approvisionnement en eau potable, et le reste (1,4 milliard), au traitement des eaux usées.

Le premier ministre Justin Trudeau avait promis pendant la campagne électorale de donner accès à une eau potable à tous les Autochtones d'ici 2020. Il souhaite en effet lever tous les avis à long terme visant des systèmes financés par le ministère des Affaires autochtones.

Ottawa compte atteindre cette cible au moyen d'un plan quinquennal  élaboré en 2016 avec des investissements de 1,8 milliard de dollars.

L’analyse du DPB révèle toutefois que les dépenses totales (fédérales et autres) engagées depuis 2011-2012, en plus des investissements annoncés en 2016, ne couvriraient que 70 % des besoins d’investissement totaux.

Ottawa a dépensé environ 6 milliards de dollars, de 2006 à 2016, pour les infrastructures en eau potable dans les communautés autochtones. Mais dans des dizaines d'entre elles, les habitants ne peuvent pas consommer l'eau du robinet sans la faire bouillir au préalable.

À ce jour, le nombre d'avis d'ébullition de longue durée en vigueur dans les systèmes financés par le ministère des Affaires autochtones n'a diminué que de sept, passant de 77 cas à 70 en date de juillet dernier.

Dans un rapport, la Fondation David Suzuki  estime que plusieurs communautés autochtones n'auront toujours pas accès à l'eau potable dans cinq ans.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine