Retour

Plusieurs stations-service à sec en Nouvelle-Écosse

Une livraison tardive d'essence au terminal pétrolier de Dartmouth serait à l'origine de la pénurie d'essence dans plusieurs régions de la Nouvelle-Écosse.

Des files d'attente se sont formées à l'entrée de certaines stations-service au cours de la fin de semaine. Lundi matin, la situation n'était guère mieux.

Dave Collins, vice-président de Wilson Fuel Co. Limited, dit que la pénurie pourrait durer cinq jours.

« D'abord, nous avons eu la pénurie d'essence. L'autre problème, c'est le manque de camions de livraison. Il faudra se pencher surtout sur cette question. »

Dave Collins s'est entretenu avec les autorités d'Imperial Oil. On lui a dit que les deux premiers bateaux de ravitaillement d'essence - un en provenance du golfe du Mexique et l'autre d'Europe - n'avaient pas obtenu les standards de qualité requis au Canada. 

Pour vérifier l'état d'approvisionnement de certaines stations-service de la Nouvelle-Écosse (en anglais) :

Un troisième bateau

Collins raconte qu'un troisième bateau est arrivé au terminal pétrolier de Dartmouth samedi.

« Nous espérons que ce bateau aura enfin de l'essence de qualité que nous pourrons vendre sur le marché. »

Cela n'est pas sans poser des inconvénients pour les automobilistes.

Jane Roberts se dirigeait vers le Cap-Breton pour ses vacances annuelles, et elle a fait quelques appels téléphoniques pour s'assurer qu'elle pourrait remplir le réservoir de sa voiture.

Meler MacIsaac, porte-parole de la pétrolière Imperial, raconte que deux bateaux d'approvisionnement en essence ont été retardés la semaine dernière. Ils sont finalement arrivés à destination vendredi. Il ignore pour quelle raison les bateaux ont été retardés.

Il affirme que l'essence doit être testée et traitée avant d'aboutir dans les stations-service.

« Tout devrait rentrer dans l'ordre à compter de lundi après-midi, mais l'essence suprême ne sera pas livrée avant quelques jours », admet Meler MacIsaac.

Plus d'articles

Commentaires