Retour

Poivre de cayenne utilisé contre un automobiliste : le SPVM enquête

Un policier montréalais dont les actions sont au centre d'une vidéo devenue virale dimanche pourrait mener le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) à ouvrir une enquête interne.

L'incident s'est produit peu avant minuit, samedi, à l'intersection des rues Sainte-Catherine et Drummond, au centre-ville de Montréal.

Dans une vidéo mise en ligne et diffusée sur les réseaux sociaux peu après et dont l'authenticité a été confirmée par le SPVM, on voit l'agent asperger un automobiliste de poivre de cayenne. Cette même technique a été utilisée quelques instants plus tard pour dissiper la foule présente.

Le SPVM explique que l'incident aurait débuté à la suite de coups de klaxons répétés de la part d'un automobiliste. Plusieurs véhicules étaient alors à l'arrêt, rue Sainte-Catherine, en raison d'une congestion routière importante liée notamment aux célébrations du Grand Prix de Formule 1.

Selon le porte-parole du SPVM, Ian Lafrenière, des policiers à vélo auraient demandé à ce conducteur de s'identifier, afin de lui remettre un constat d'infraction. De nombreux constats identiques auraient aussi été distribués samedi soir, ajoute M. Lafrenière.

L'automobiliste, qui aurait refusé de donner son nom, aurait ensuite tenté d'avancer et aurait, avec cette manœuvre, accroché un vélo.

Un agent a ensuite aspergé le visage de cette personne avec du poivre de cayenne, tel que le montre la vidéo. Dimanche soir, elle comptait plus de 300 000 visionnements et 6500 partages.

L'automobiliste, qui a été sorti de force de son véhicule, a été menotté et mis en état d'arrestation, ce qu'il a dénoncé vivement avant de qualifier les policiers de « bande de racistes ».

Par la suite, un deuxième agent, qui tenait le poivre de cayenne dans sa main droite, a aspergé la foule et l'auteur de la vidéo, qui s'étaient massés autour des policiers.

Dimanche soir, le SPVM n'était pas en mesure d'indiquer si l'usage de cette force est justifiée.

« On va attendre d’avoir l’ensemble des rapports avant de juger le travail des policiers, souligne Ian Lafrenière. Et si nécessaire, on fera une enquête interne complète pour savoir ce qu’il s’est passé. »

Des chefs d'accusation de voie de fait et entrave au travail des policiers vont par ailleurs être déposés contre le conducteur.

Avec les informations de Marie-Laurence Delainey

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards