Retour

Pokémon Go : « cessez de jouer sur la tombe de ma soeur »

Le frère d'Amber Guiboche, une femme autochtone disparue depuis 2010, demande aux adeptes du jeu Pokémon Go de cesser de jouer autour d'un monument dressé à Winnipeg à la mémoire de centaines de femmes autochtones disparues ou assassinées.

Kyle Kematch, qui visite régulièrement le lieu de recueillement situé sur le lieu historique national de La Fourche, à Winnipeg, se désole de voir des joueurs de Pokémon Go qui s'assoient ou s'étendent sur le monument.

« Ma soeur est disparue depuis six ans. Nous n'avons jamais pu l'enterrer », raconte Kyle Kematch.

Une dizaine de personnes rencontrées sur les lieux du monument dédié aux femmes autochtones disparues ou assassinées mardi après-midi chassaient effectivement des petites créatures virtuelles et ignoraient l'existence du lieu de recueillement.

Un des joueurs a expliqué qu'il y avait trois leurres - des modules qui permettent d'attirer des Pokémon - près du monument. La proximité du monument par rapport à la rivière Rouge permettrait aussi d'attirer davantage de Pokémon de type « eau ».

Kyle Kematch dit qu'il a déjà approché des joueurs, qui se sont rapidement excusés pour poursuivre leur quête de bestioles virtuelles ailleurs.

M. Kematch demande que les adeptes de Pokémon Go fassent preuve de respect et cessent de jouer sur le monument qui sert de pierre tombale pour des centaines de femmes autochtones qui sont disparues et n'ont jamais été retrouvées. « Les familles de ces femmes éprouvent déjà énormément de douleur. S'il vous plaît, respectez ces familles. »

Femmes autochtones disparues ou assassinées, notre dossier

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine