Retour

Possible découverte d'un autre établissement viking à Terre-Neuve

Le sol de Terre-Neuve-et-Labrador recèle peut-être les vestiges d'un second établissement viking, selon une équipe d'archéologues.

La chercheuse Sarah Parcak a indiqué à CBC/Radio-Canada que son équipe avait trouvé des indices d'un foyer fait à la manière scandinave et huit kilos de fer des marais, dans la région de Point Rosee, dans le sud-ouest de Terre-Neuve. Les Vikings sont connus pour avoir eu recours à la tourbe afin de produire du fer.

Selon, Mme Parcak, qui enseigne l'anthropologie à l'Université de l'Alabama, rien n'indique jusqu'ici qu'il ne s'agit pas de preuves d'une ancienne présence scandinave. Elle admet toutefois que bien d'autres travaux sont nécessaires pour prouver la chose hors de tout doute.

Le lieu historique national de L'Anse aux Meadows, à l'extrémité nord de l'île, est toujours pour le moment le seul endroit authentifié en Amérique du Nord où des Vikings s'étaient établis. La distance entre cet endroit et Point Rosee est d'environ 600 km.

Les Vikings étaient les premiers Européens ayant construit au moins un établissement à Terre-Neuve, il y a de cela environ 1000 ans. Les vestiges de L'Anse aux Meadows ont été découverts en 1960. Nul ne sait combien de temps les Vikings sont restés à cet endroit.

Mme Parcak explique que pour ses recherches, son équipe a utilisé l'imagerie satellite afin de trouver des endroits où fouiller. Après un balayage en 2015, les chercheurs ont décelé des signes de ferronnerie et les restes d'un mur de terre, comme ceux qu'utilisaient les Vikings. Elle a d'ailleurs reçu le prix TED 2016 pour l'utilisation de ce procédé en archéologie.

Des représentants du gouvernement terre-neuvien ont collaboré avec les chercheurs. L'archéologue provinciale Martha Drake souligne qu'il faudra trouver d'autres preuves et artéfacts pour attester d'une présence viking à Point Rosee.

Mme Parcak espère mener d'autres tests de datation au carbone 14 qui coïncideraient avec l'époque viking. Elle cherche aussi d'autres traces de métallurgie et peut-être un objet directement associé à l'ancienne civilisation nordique.

D'autre part, elle prévient que si les vestiges trouvés sont vikings, on peut tout au plus parler d'une petite ferme ou d'un campement hivernal temporaire, et non d'une colonie.

Les travaux de Mme Parcak et son équipe font l'objet d'un documentaire des réseaux américain PBS et britannique BBC. Le documentaire Vikings Unearthed sera diffusé lundi sur le site web de PBS et sur la chaîne télé de BBC.

D'après un reportage de Garrett Barry, CBC

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine