Retour

PQ : bras de fer pour l'intérim et duel Cloutier-Hivon à l'horizon

Les clans de Sylvain Gaudreault et d'Agnès Maltais se disputent de plus en plus fermement l'intérim à la suite du départ de Pierre Karl Péladeau à la tête du Parti québécois. La tension entre les deux aspirants est devenue perceptible.

Un texte de Julie Dufresne

Mercredi matin, l'entourage du député de Jonquière laissait entendre qu'environ les deux tiers des députés l'appuient.

« On n'a pas du tout la même lecture de la situation », a indiqué une source proche de la députée de Taschereau. De toute évidence, la stratégie de Sylvain Gaudreault, qui a vite déclaré son intérêt pendant que sa collègue était prise dans un vol entre l'Europe et le Québec, agace : « Utiliser les médias pour orienter les discussions du caucus ne fait pas partie de notre façon de faire », a-t-on indiqué.

Les projecteurs se tournent vers Véronique Hivon

En parallèle, de plus en plus de voix se font entendre pour que Véronique Hivon plonge dans la course à la direction du Parti québécois. 

La députée de Joliette a récolté le premier appui d'un élu du Parti québécois pour succéder à Pierre Karl Péladeau. Le député de Bertrand, Claude Cousineau, a déclaré que si la marraine du projet de loi sur les soins de fin de vie se lançait, il sera derrière elle.

« On la voit, à plusieurs reprises au caucus, elle nous a parlé du dossier important qui lui a été confié par Pierre Karl Péladeau, celui de la convergence [des forces souverainistes] : elle travaille de façon admirable. Pour moi, ce serait une excellente candidate - mais ça lui appartient : c'est elle qui décide si elle se présente ou pas. Si elle se présente, elle aura mon appui », dit M. Cousineau sans ambiguïté. « Sinon, je crois que j'aurais un faible pour Alexandre Cloutier. Il serait mon deuxième choix. »

Duel Hivon c. Cloutier?

Voilà qui illustre parfaitement le dilemme auquel font face les deux députés : Véronique Hivon avait appuyé Alexandre Cloutier lors de la dernière course à la direction du PQ. Cet appui, croient certains observateurs, a aidé le député de Lac-Saint-Jean à finir deuxième dans la course à la direction, derrière Pierre Karl Péladeau. Cette fois-ci, selon nos informations, Véronique Hivon songe très sérieusement à se lancer. Elle aurait des indications qu'elle serait peut-être sur une lancée.

De fait, les appuis se sont multipliés sur les médias sociaux. Dans un message Twitter, le chanteur Yann Perreau a fait l'éloge de la députée.

L'auteur et scénariste Daniel Thibault est pour sa part d'avis qu'elle est la meilleure candidate.

Les membres de l'exécutif du Parti québécois de la circonscription de Jean-Talon ont aussi adopté une résolution unanime pour « souhaiter la candidature » de Véronique Hivon.

« Alors que le parti est de nouveau confronté à la nécessité de se réinventer, nous croyons que la façon différente dont Véronique Hivon fait la politique doit absolument faire partie des options offertes aux militantes et militants qui doivent se choisir un nouveau chef. La présence de la députée de Joliette dans cette course est essentielle », a déclaré le président de cet exécutif, Clément Laberge.

Ces appuis, nous dit-on, n'ont pas été sollicités : la principale intéressée serait « surprise » par cet enthousiasme.

« Vague d'affection » pour Alexandre Cloutier

Pour sa part, Alexandre Cloutier s'est limité à un commentaire sur sa page Facebook, intitulé « Notre priorité : trouver un chef intérimaire ».

« Vous avez été des milliers à m'écrire, au cours des 48 dernières heures, afin de me témoigner votre soutien pour la suite des choses. Je tiens à vous remercier pour cette grande vague d'affection. Ça fait chaud au coeur », écrit-il.

Selon nos informations, les deux députés « qui restent bons amis » auraient prévu une rencontre avant le caucus de vendredi à Québec. C'est à ce moment que les députés péquistes vont choisir le chef par intérim, tout comme la date de l'élection du futur chef en titre.

Plus d'articles

Commentaires