La formule est de l'ancien premier ministre français Lionel Jospin, qui avait pris la tête du Parti socialiste après le départ de François Mitterrand. Un devoir d'inventaire, façon de dire que tout n'avait pas été parfait pendant leur passage au pouvoir et qu'il fallait que le parti, collectivement, accepte de le dire.

Michel C. Auger

Une analyse de Michel C. Auger
animateur de Midi Info

 

Ce qui manque au Parti québécois dans cette course au leadership, c'est précisément cette remise en question. En lieu et place, les candidats se servent des erreurs passées pour faire des attaques personnelles contre un adversaire ou un autre. Ce qui donne peut-être un bon spectacle pour les amateurs du genre, mais qui ne fait pas beaucoup avancer les idées.

Au débat du PQ à Sherbrooke, en fin de semaine, on a vu les candidats se critiquer mutuellement sur la production de pétrole à Anticosti - qui a voté pour quelle motion et qui a signé ou pas quel contrat.

Mais personne n'a voulu parler du véritable problème. Pauline Marois s'était fait élire avec le programme le plus vert jamais porté par un parti politique québécois. Puis, quelque mois plus tard, les élections approchant, elle faisait miroiter aux électeurs les sommes faramineuses qu'on pourrait tirer de l'exploitation éventuelle du pétrole d'Anticosti.

En quelques mois, le Québec était passé d'une société qui se préparait à sortir du pétrole à une sorte de nouvelle Alberta. Et aucun des candidats actuels à la direction du parti ne s'y est opposé alors qu'ils étaient membres du gouvernement.

Même chose pour la Charte des valeurs, qui est un peu l'éléphant dans la pièce depuis le début de la course. Pour certains, c'est une erreur fondamentale qui a coûté la victoire au PQ lors de la dernière élection. Pour d'autres, c'est un exemple à suivre, bien qu'avec quelques corrections.

Pas de débats

Ce qui est clair, c'est qu'il n'y a pas de véritable débat sur cette question parmi les candidats. Même que certaines propositions visent carrément à faire en sorte que le sujet sorte carrément de la sphère politique.

Le candidat Jean-François Lisée propose même de laisser le vérificateur général décider des seuils d'immigration. Comme si la démographie faisait partie des cours obligatoires pour les comptables agréés!

Parlant du candidat Lisée, il y a un autre devoir d'inventaire auquel il devrait se prêter, soit celui de ses propres idées. On ne reprochera jamais à Jean-François Lisée d'être une « machine à idées », ainsi que le désignent avec admiration les autres candidats.

L'ennui, c'est qu'il a eu et publié toutes sortes d'idées auxquelles il dit ne plus croire, comme la privatisation partielle d'Hydro-Québec.

Or, lancer des idées, c'est bien pour un essayiste, c'est moins bon pour un premier ministre. La privatisation partielle d'Hydro-Québec est un bon exemple. M. Lisée le croyait sincèrement à une époque pas si éloignée (2008) et s'il avait été premier ministre il aurait pu le faire.

Aujourd'hui, il le regrette et ça n'a aucune conséquence. Mais s'il avait été premier ministre et qu'Hydro avait été privatisée, il n'y aurait pas eu moyen de revenir en arrière.

C'est bien d'être une machine à idées, mais encore faut-il qu'elles soient bonnes et qu'elles survivent au passage du temps.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine