Retour

Premier portrait de la communauté LGBT au Canada

Même si les personnes qui font partie des minorités sexuelles s'acceptent plus facilement et rapidement qu'avant et qu'elles sont mieux perçues qu'elles ne l'ont jamais été au Canada, il y a encore beaucoup de chemin à parcourir vers l'égalité sociale.

Un texte de René Saint-Louis

C'est ce qui ressort d'un vaste étude dévoilée ce matin par la Fondation Jasmin Roy. L'étude de 400 pages est la plus importante jamais faite au pays sur la situation des minorités sexuelles et nous donne un meilleur portrait de la situation des lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres au Canada.

L'étude se fonde sur un vaste sondage commandé à la maison CROP. Le sondage a été effectué entre janvier et juin dernier, et 2700 Canadiens, dont 800 hétérosexuels, y ont répondu.

Le cœur de l'étude dresse le portrait actuel des communautés LGBT. Un deuxième volet s'intéresse au vécu des minorités sexuelles, elles-mêmes membres d'autres minorités, comme les Autochtones et les communautés ethniques et religieuses. Enfin, le troisième volet est consacré au regard que portent les hétérosexuels sur les minorités sexuelles.

Grands constats

Selon le sondage, 13 % des Canadiens appartiendraient aux communautés LGBT.

L'étude constate aussi que le questionnement sur l'orientation sexuelle et l'identité du genre commencent plus tôt dans la vie des jeunes, ce qui mène plus rapidement à l'acceptation et au dévoilement.

Ce dévoilement se fait cependant à un cercle souvent restreint d'amis et de parents. Encore aujourd'hui, 54 % des répondants n'ont pas fait leur coming out au travail et, pour les plus jeunes, près de la moitié ne l'ont pas fait en classe.

Le processus n'est pas facile. Un peu plus de la moitié des membres des minorités sexuelles estiment que leur vie est ou sera plus difficile que celle des hétérosexuels. Chez les transsexuels, cette perception grimpe à plus de 80 %.

« Dans le sondage, on dit que 81 % des répondants LGBT disent avoir traversé des moments de désespoir, mais du côté des transsexuels, on est à 98 %. Ça veut dire que ce sont des gens qui risquent de développer des problèmes de santé mentale. Donc, il faut prévenir ça à la base dès l'éclosion de l'expression de genre », estime Jasmin Roy.

Le rapport indique justement que les transsexuels souhaitent obtenir plus de ressources spécialisées et formées adéquatement pour comprendre leurs besoins, en particulier dans le milieu de la santé et de l'éducation.

Selon le président de la Fondation Jasmin Roy, il y a eu une évolution très rapide des mentalités dans la société. Il fallait donc un portrait global de la situation actuelle pour que les gouvernements et les organismes LGBT aient un document sur lequel se baser pour mieux orienter leurs plans d'action en matière d'éducation et de santé.

Du point de vue des hétéros

Chez les hétérosexuels, les Québécois sont plus nombreux à côtoyer des homosexuels ou des bisexuels, 70 % contre 51 % des autres Canadiens. L'étude indique que le degré d'aisance est proportionnel au niveau de contact avec ces minorités.

Les personnes nées hors Canada sont proportionnellement moins nombreuses à être en contact avec la diversité sexuelle et sont généralement un peu moins ouvertes à cet égard que les personnes nées au Canada.

Selon le sondage, si 44 % des répondants hétérosexuels se disent très à l'aise de voir deux hommes se tenir par la main en public, à peine 27 % sont très à l'aise lorsqu'ils s'embrassent sur la bouche.

Enfin, une minorité de répondants entretiennent des préjugés vis-à-vis des minorités sexuelles, soit de 10 % à 25 %, selon le stéréotype mesuré.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine