Retour

Premier Tech : la CAQ soupçonne un favoritisme qui a mené à un quasi-monopole

La Coalition avenir Québec (CAQ) accuse le gouvernement d'avoir favorisé une entreprise d'installations de fosses septiques au centre d'un dossier qui a mené à la démission de Sam Hamad du conseil des ministres, la semaine dernière.

Le leader parlementaire caquiste François Bonnardel a déclaré mercredi que l'entreprise Premier Tech avait bénéficié d'un décret, adopté en 2014, créant l'équivalent d'une situation de monopole.

« Ils étaient les seuls à avoir cette capacité de répondre à ce décret », a-t-il dit en point de presse.

Selon M. Bonnardel, le gouvernement a mis fin à cette situation de monopole récemment, alors que M. Hamad était au centre d'une controverse impliquant Premier Tech.

M. Hamad est sous le coup d'une enquête du commissaire à l'éthique de l'Assemblée nationale après la publication de courriels montrant que l'ex-ministre libéral Marc-Yvan Côté, qui était vice-président du conseil de Premier Tech, avait bénéficié d'informations privilégiées.

Adopté le 16 juillet 2014, le décret introduit notamment de nouvelles dispositions sur le rejet d'eaux usées en conformité avec les limites à respecter pour protéger les points de prélèvement d'eau de surface.

Le même jour, Premier Tech recevait un certificat de conformité pour une technologie de déphosphatation, de la part du Bureau de normalisation du Québec (BNQ).

Dans un communiqué diffusé le 21 juillet, l'entreprise affirmait que son produit « permet un rejet dans l'environnement en toute sécurité, et ce, même lorsque la résidence est située près d'un plan d'eau protégé ».

La CAQ a également distribué des échanges de courriels entre Marc-Yvan Côté et le cabinet de génie-conseil Roche pour lequel il travaillait.

Ces documents permettent d'apprendre qu'Henri Ouellet, président du Groupe Technologies Environnementales de Premier Tech, avait reçu une demande pour soutenir financièrement deux candidats libéraux, dont Germain Chevarie, maintenant député des Îles-de-la-Madeleine.

En décembre 2008, en pleine campagne électorale, M. Ouellet souligne notamment que « le candidat Chevarie » a fait du traitement des eaux usées « un cheval de bataille ».

Confronté aux affirmations de la CAQ, le ministre de l'Environnement, David Heurtel, a soutenu mercredi que Premier Tech n'avait pas bénéficié d'un avantage sur ses concurrents.

Plus d'articles

Commentaires