Retour

Près de 46 000 personnes évacuées en Colombie-Britannique à cause des feux

Le nombre de personnes évacuées en raison des feux de forêt en Colombie-Britannique est de 45 806, selon la dernière mise à jour de la province, effectuée mardi après-midi.

Les autorités provinciales ont du mal à compter le nombre de personnes touchées par les incendies de forêt. Ces chiffres sont difficiles à évaluer précisément et fluctuent rapidement, en raison des personnes qui ont fui leur domicile avant l'ordre d'évacuation ou encore de celles qui ne se sont pas déclarées comme évacuées.

Plus tôt dans la journée, le vice-ministre chargé des services d'urgence de la Colombie-Britannique, Robert Turner, avait plutôt parlé de plus de 47 000 personnes déplacées en précisant que ce nouveau constat était possible grâce aux dernières informations reçues par les responsables locaux.

Les feux en activités sont au nombre de 155 mardi, soit 9 de plus que la veille. Les autorités estiment également que 327 000 hectares de forêt ont jusqu’à maintenant brûlé depuis le début de la saison et que la lutte aux incendies a coûté 98,4 millions de dollars. Enfin 15 incendies sont particulièrement problématiques et menacent des communautés.

De la pluie attendue mercredi soir pourrait donner un sursis aux pompiers, mais les autorités restent prudentes en soulignant qu’elle pourrait être accompagnée de foudre.

Le vent baisse et donne du répit aux pompiers

La majorité des feux de forêt qui menacent les communautés comme celles de Williams Lake et de 100 Mile House sont restés relativement stables au cours des deux derniers jours, après une flambée importante alimentée par les vents samedi.

Selon l’agent d'information du Service de lutte contre les incendies de forêt de la Colombie-Britannique, Kevin Skrepnek, l’absence de vents a permis de faire des progrès dans la lutte contre les feux. « Nous avons eu quelques jours plus calmes, dit M. Skrepnek. Cette baisse d’activité a tout à voir avec le vent. Le vent a été notre plus grand défi. »

L’Ontario et l’Atlantique envoient des renforts pour combattre les incendies, de même que la Société de protection des forêts contre le feu, qui dépêche 43 de ses 233 pompiers québécois.

Une carte des feux en activité en Colombie-Britannique

Une première communauté peut rentrer chez elle

Les habitants de Cache Creek, en Colombie-Britannique, qui ont abandonné leurs maisons le 7 juillet à cause de l'immense feu de forêt d'Ashcroft pourront rentrer chez eux mardi après-midi.

Le district régional de Thompson-Nicola a mis des autocars à leur disposition. Le service de transports débutera à 15 h depuis l'Université Thompson Rivers, à Kamloops.

Cependant, les autorités rappellent que la communauté est toujours sous le coup d'un avis d'évacuation. Par conséquent, ses habitants doivent se tenir prêts à quitter de nouveau leur foyer le plus rapidement possible, car la situation peut changer tout aussi vite.

La Colombie-Britannique compte 159 feux de forêt en activité. Les autorités ont toutefois évité de donner une estimation du nombre de personnes évacuées, se contentant de préciser que davantage de Britanno-Colombiens étaient maintenant inscrits sur les listes de la Croix-Rouge.

Plus tôt lundi, le ministre de la Sécurité publique du Canada, Ralph Goodale, avait laissé entendre qu’environ 40 000 Britanno-Colombiens étaient déplacés. Ces chiffres sont difficiles à évaluer et fluctuent rapidement, certaines personnes ayant fui leur domicile avant l'ordre d'évacuation ou ne s'étant pas déclarées comme évacuées.

Le Grand Vancouver enfumé

La fumée provoquée par les incendies de forêt s’était jusqu’à maintenant dirigée vers l’est, entraînant des avis de mauvaise qualité de l’air jusqu’en Saskatchewan, mais lundi le vent a commencé à tourner. Le Grand Vancouver où 2 millions de Britanno-Colombiens vivent s’est ainsi réveillé sous un voile de fumée mardi.

Le district du Grand Vancouver a d’ailleurs lancé un avis de mauvaise qualité de l’air pour la région et pour celle de la vallée du Fraser. « De grandes concentrations de particules fines sont présentes en raison des feux à l’extérieur de la région », est-il écrit dans un communiqué.

Toutefois, la qualité de l’air n’y est pas aussi mauvaise que dans les régions sud-est et de l’intérieur de la province. Pour ces régions, Environnement Canada avertit les résidents que l’air enfumé pourrait avoir des conséquences sur leur santé.

Suivez nos journalistes en direct (ici si vous êtes sur un appareil mobile) :

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine