Retour

Près de la moitié des Canadiens sont mariés

Près de la moitié des Canadiens et des Canadiennes sont liés par le mariage malgré la popularité grandissante de l'union libre au pays. Ce dernier type d'union a plus que doublé en popularité au pays au cours des 30 dernières années.

Bien que le mariage soit en perte de vitesse depuis 1981 au Canada, 45 % des femmes et 47 % hommes vivaient toujours selon ce régime conjugal, d'après les données de Statistique Canada compilées en 2011. En 1981, 56 % des Canadiennes et 58 % des Canadiens étaient mariés.

Pour regarder ce graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Des 14 millions de Canadiennes, 7,8 millions (56 %) vivaient en couple et 6,3 millions d'entre elles - soit 80 % des femmes vivant en couple - étaient mariées.

En contrepartie, l'union libre gagne en popularité au Canada : 11 % des femmes vivaient dans une telle situation conjugale en 2011, alors qu'elles n'étaient que 3,8 % en 1981. La statistique concernant les hommes vivant en union libre est similaire puisqu'ils étaient 3,9 % dans cette situation en 1981, comparativement à 12 % en 2011.

L'union libre est toutefois beaucoup plus répandue dans les trois territoires canadiens. Les femmes du Nunavut (25 %), des Territoires-du-Nord-Ouest (20 %) et du Yukon (17 %) vivent dans cette situation. Statistique Canada explique ce fait par la forte proportion de femmes autochtones dans ces territoires de même que par la jeunesse de la population, une tranche de la population où le déclin du mariage est plus marqué.

Parmi les provinces, c'est au Québec que la proportion de femmes vivant en union libre est la plus importante. La proportion de Québécoises vivant en union libre (21 %) est pratiquement deux fois plus élevée que la moyenne canadienne (11 %).

Moins de mariages et moins de divorces pour les 50 ans et moins

Au cours des 30 dernières années, le nombre de femmes de 15 ans et plus divorcées ou séparées a plus que doublé, passant de 5,9 % en 1981 à 13 % en 2011. La proportion d'hommes a évolué de façon similaire passant de 4,3 % en 1981 à 10 % en 2011.

La progression des séparations et divorces a toutefois ralenti chez les 50 ans et moins. Statistique Canada émet l'hypothèse que le déclin du mariage pourrait expliquer la diminution du nombre de divorces et de séparations.

La tendance est inverse chez les 50 ans et plus, où le cinquième des femmes et des hommes de 55 à 59 ans étaient divorcés ou séparés en 2011, soit environ trois fois plus que la proportion de ce groupe d'âge en 1981.

La garde des enfants

Bien que les statistiques sur les séparations soient similaires chez les hommes et les femmes, ce sont ces dernières qui se retrouvent le plus souvent à la tête des familles monoparentales. Les familles monoparentales dirigées par une femme représentent 13 % de tous les milieux familiaux canadiens, alors que cette statistique s'élève à 3,5 % pour les familles monoparentales dirigées par un homme.

Bien que les femmes obtiennent plus souvent la garde des enfants, la proportion d'hommes qui se retrouvent à la tête de familles monoparentales a augmenté plus rapidement que celle de femmes se retrouvant à la tête du même type de famille.

Les données utilisées lors de cette étude ont été compilées dans le cadre des recensements de la population et de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine