Retour

Prêt pour la convergence, le PQ laisse tomber « l'appel aux brebis égarées »

Le Parti québécois (PQ) ouvre plus grande la porte au projet de convergence des forces souverainistes. « Le moment est venu », affirment le chef péquiste Pierre Karl Péladeau et la députée Véronique Hivon dans une lettre ouverte publiée samedi dans Le Devoir.

L'appel à la solidarité vise notamment Québec solidaire (QS), souvent critique à l'égard de ce projet de convergence mené par les troupes péquistes, Option nationale (ON), le Bloc québécois (BQ) et les représentants des organisations unies pour l'indépendance, les OUI Québec.

« Terminé l'appel aux "brebis égarées" », poursuivent-ils, en référence au fait que le PQ a finalement reconnu ne pas détenir « le monopole de la souveraineté ». 

M. Péladeau et Mme Hivon disent désormais considérer la « diversité » des forces souverainistes comme « le socle sur lequel il faut construire », et rappellent qu'il y a plusieurs « points de convergence » qui les unissent. 

Ils énumèrent entre autres leurs « valeurs » de justice sociale, d'égalité des chances et de développement durable, et le fait que leurs « programmes politiques se recoupent à plusieurs égards ».

« Notre formation politique a ouvert la porte à une révision du mode de scrutin » en février dernier, notent-ils.

L'indépendance

Sur l'indépendance du Québec, les deux signataires précisent que leur volonté est « claire ». C'est sur le « comment » que le flou persiste. La lettre indique seulement qu'ils entendent « respecter le processus démocratique qui a toujours caractérisé notre formation politique et notre volonté de rassembler les forces souverainistes. »

Les deux péquistes terminent leur lettre en citant Pythagore. « Le commencement est la moitié de tout », rappellent-ils, sans vouloir s'avancer sur un projet d'alliances électorales.

Les paradis fiscaux dans la mire de QS

Depuis le lancement de l'idée d'une convergence des forces souverainistes, dont la députée Hivon est la responsable, Québec solidaire est critique à l'égard du PQ, particulièrement avec Pierre Karl Péladeau à sa tête.

En février dernier, le député Amir Khadir a notamment accusé le chef péquiste d'avoir trop peu remis en question les politiques d'austérité des libéraux et d'avoir utilisé des paradis fiscaux avec Québecor.

Selon Le Devoir, la lettre survient à quelques jours de la tenue d'une réunion devant rassembler l'essentiel des acteurs de la convergence, qui devrait avoir lieu à la fin de la semaine prochaine.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine