Retour

Procès Gastem : la cause touche tous les Québécois, selon le maire de Rimouski

Le maire de Rimouski, Marc Parent, s'est rendu à New Carlisle jeudi matin pour lancer un appel de solidarité à toutes les municipalités québécoises envers Ristigouche-Partie-Sud-Est. Le procès qui oppose la Municipalité à la compagnie Gastem se poursuit pour une huitième journée.

Un texte de Brigitte Dubé en collaboration avec les informations de Léa Beauchesne

La compagnie réclame un million de dollars à cette petite municipalité parce qu’elle a adopté un règlement pour protéger son eau potable.

Le maire a fait un aller-retour de près de 660 kilomètres pour démontrer que la cause aura des répercussions pour toutes les villes du Québec.

Marc Parent estime que la cause touche tous les Québécois.

« Le règlement interdisant l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures à moins de 500 mètres des sources d’eau potable adopté par Québec s’applique partout. Nous, on parle de deux kilomètres et même de 10 kilomètres pour assurer la pérennité de cette ressource essentielle », a-t-il argumenté.

La Ville de Rimouski a offert un don de 5000 dollars à Solidarité Ristigouche, ce qui en fait le plus important contributeur parmi les 160 municipalités qui ont offert une contribution. Ce montant correspond à 10 cents par habitant, selon une suggestion formulée par l’Union des municipalités du Québec (UMQ).

Toutefois, Marc Parent s’inquiète du fait que ce sont plutôt des petites municipalités qui ont contribué.

Il espère ainsi que d'autres municipalités offriront leur soutien financier à Ristigouche-Sud-Est pour l'aider à payer les frais liés à la poursuite intentée par Gastem.

« On ne peut pas s’imaginer les problématiques associées avec une eau contaminée résultant de travaux de forages associés à l’exploration pétrolière », a-t-il lancé comme cri du cœur.

Plus d'articles

Commentaires