Retour

Programme de hockey annulé au Nunavik: Joé Juneau parle de « sabotage »

L'ancien joueur de la Ligue nationale de hockey Joé Juneau en a long à dire sur les organismes supervisant son désormais défunt programme de hockey mineur pour les jeunes du Nunavik, dont l'annulation du dernier volet encore actif a été annoncée mercredi.

Un texte de Hugo Prévost

« De la manipulation et du sabotage de la part de quelques personnes irrespectueuses et déloyales ont entraîné la fin du programme de cette façon », écrit ainsi M. Juneau dans une publication Facebook diffusée peu de temps après l'annonce de la fin du programme.

L'initiative en question, dénommée Nunavik Youth Hockey Development Program (NYHDP), a été lancé en 2006 en collaboration avec M. Juneau, ainsi qu'avec la Société Makivik et l'Administration régionale Kativik.

Dans le cadre de ce programme, des jeunes du Nunavik avaient l'occasion d'intégrer diverses équipes de hockey et de participer à des rencontres locales, régionales et nationales, le tout dans le but de promouvoir le développement des jeunes des communautés et de multiplier les opportunités sociales et économiques, en plus de lutter contre le décrochage scolaire et la violence.

Au moment de l'annonce de l'annulation du programme, Makivik - une organisation chargée d'administrer les indemnités versées dans le cadre de la Convention de la Baie James et du Nord québécois - a fait savoir par voie de communiqué qu'elle souhaitait « une nouvelle structure et une nouvelle approche pour le hockey mineur au Nunavik ».

On souhaite ainsi intégrer davantage de joueurs inuits et mettre au point « un programme de hockey autonome et durable, alimenté par la communauté et respectueux des cultures qui aide à enrichir les vies des jeunes au Nunavik ».

L'organisme se défend de « tourner le dos » aux travaux accomplis par M. Juneau, mais « souhaite simplement aller de l'avant avec un nouveau chapitre du hockey au Nunavik, qui peut être décri comme étant "fabriqué au Nunavik par des Inuits, pour des Inuits" ».

De son côté, M. Juneau emploie un ton qui pourrait être qualifié de vitriolique sur Facebook, où il soutient que les responsables ont « commandé un rapport s'appuyant sur une méthodologie erronée et aux conclusions injustifiées, un rapport qui a été commandé et payé dans le cadre d'une démarche, de la part de certains leaders élus, pour justifier leur décision de mettre fin au NYHDP ».

Au téléphone, toutefois, M. Juneau se fait beaucoup plus hésitant, refusant de répondre aux questions d'Espaces autochtones, et suggérant plutôt d'attendre un nouveau rapport d'évaluation dont la parution est prévue « avant Noël ».

« Je suis extrêmement déçu, je prends ça comme un manque de loyauté et de respect pour ceux qui se sont investis [dans le programme] depuis maintenant 11 ans. C'est aussi un manque de respect envers les leaders qui ont permis le démarrage de ce programme », consentira-t-il finalement à déclarer.

Programme controversé

L'annulation du NYHDP n'est en fait que l'ultime rebondissement à survenir dans ce dossier.

En février de cette année, ledit programme écopait de compressions avoisinant les 900 000 $ en raison de la disparition du volet « Sélect », la partie la plus prestigieuse du programme dans le cadre de laquelle les joueurs les plus talentueux pouvaient participer à des matchs avec des équipes du Sud du pays.

Au moment d'annoncer cette première saignée, les dirigeants du programme avaient affirmé que le volet compétitif n'aurait pas livré les résultats escomptés en matière de prévention de la criminalité.

Au moment d'écrire ces lignes, un appel auprès de la Société Makivik pour commenter l'affaire était demeuré sans réponse.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine