Retour

Projet Montréal veut une enquête sur les contrats octroyés à des proches de Coderre

À l'hôtel de ville de Montréal, l'opposition officielle réclame une enquête du Bureau de l'inspecteur général (BIG) sur quatre contrats octroyés de gré à gré par l'administration de Denis Coderre et, dans certains cas, par le maire de Montréal lui-même « à des proches, des amis intimes, d'anciens donateurs ou d'anciens solliciteurs du parti Équipe Coderre, au cours des deux dernières années ».

L'opposition nomme les personnes qui ont bénéficié de ces contrats. Il s'agit de :

  • Rick Leckner, en février 2014;
  • Richard Phaneuf, en mai 2014;
  • Michel Dorais, en novembre 2015;
  • Robert Bouvier, en décembre 2015.

À cet effet, l'opposition a envoyé une lettre à l'inspecteur général, Me Denis Gallant. Dans cette missive datée du 2 février 2016, le conseiller de ville du district Marie-Victorin de l'arrondissement Rosemont - La Petite-Patrie, Guillaume Lavoie, qui est membre de Projet Montréal, affirme qu'il s'agit d'une « pratique en apparence inquiétante de l'administration du maire Denis Coderre en matière d'octroi de contrats ». 

M. Lavoie estime que cette pratique contredit deux politiques de la Ville de Montréal, l'une étant destinée à prévenir le trafic d'influence, l'intimidation, la corruption ou le conflit d'intérêts et l'autre visant à prévoir que tout fournisseur ou entrepreneur ne puisse offrir, en aucune circonstance, des cadeaux ou des faveurs personnelles à un employé ou à un représentant de la Ville.

Des hommes qui sont « réputés être proches » du maire

Les contrats offerts à Rick Leckner, Richard Phaneuf, Michel Dorais et Robert Bouvier « ont tous été octroyés sans appel d'offres et sans que les instances de la Ville ne soient consultées puisque chacun de ces contrats représentait une dépense de moins de 25 000 $ », écrit M. Lavoie.

« La Ville de Montréal ne peut se permettre un retour aux années de noirceur », prévient M. Lavoie.

Des gens avec qui le maire a travaillé ou qu'il connaît très bien

Dès mai 2014, Projet Montréal avait tiré la sonnette d'alarme en dénonçant « un premier scandale de l'administration Coderre » et en accusant le cabinet du maire Coderre d'ingérence politique pour avoir accordé un contrat à une firme d'avocats proche de son équipe électorale. L'un des associés de la firme, Richard Phaneuf, était organisateur politique de la campagne de Denis Coderre et le fils de M. Phaneuf avait été candidat dans l'arrondissement du Sud-Ouest.

Début décembre, Denis Coderre avait dû défendre l'embauche et le salaire de Michel Dorais comme coordonnateur temporaire de l'accueil des réfugiés. Michel Dorais est un ex-sous-ministre fédéral à l'Immigration, qui a notamment travaillé avec Denis Coderre quand celui-ci était à la tête de ce ministère. Avec la complexité du travail à faire, « on a besoin d'une personne qui connaît ça », avait affirmé M. Coderre.

Puis, à la mi-janvier, ce fut l'embauche de Robert Bouvier qui avait suscité l'indignation de l'opposition. M. Coderre avait reconnu d'emblée qu'il connaissait « très bien » cet ancien président du syndicat des Teamsters du Canada, qui s'est vu confier la tâche de négocier avec la Fraternité des policiers de Montréal.

Enfin, la semaine passée, il a été révélé que l'ancien chroniqueur à la circulation Rick Leckner avait obtenu un contrat avec la Ville, un contrat pour lequel il avait signé une entente prévoyant une somme maximale de 21 000 $ (avant taxes). M. Leckner avait été aux côtés de M. Coderre dès le lancement de la campagne électorale en mai 2013, à titre de solliciteur de dons. 

Plus d'articles

Commentaires