Retour

Projets énergétiques : victoire pour un groupe autochtone, défaite pour un autre

La Cour suprême du Canada a donné raison aux Inuits de Clyde River qui s'opposaient à une décision de l'Office national de l'énergie qui permettait des essais sismiques au Nunavut. Le plus haut tribunal du pays a cependant jugé en faveur d'Enbridge et lui permet de continuer l'exploitation de son oléoduc 9B.

Un texte de Philippe-Vincent Foisy

Avec ces deux jugements, la Cour suprême du Canada vient préciser la façon dont Ottawa doit consulter les peuples autochtones avant d’aller de l’avant avec un projet énergétique.

Sébastien Grammond, professeur de droit de l’Université d’Ottawa, expliquait mardi qu’il y avait un certain flou quant au rôle de l’Office national de l'énergie dans le processus de consultations.

Les juges indiquent clairement que « la Couronne [qui a l’obligation de consulter les Autochtones] peut s’en remettre au processus de l’ONE pour satisfaire, en tout ou en partie, à l’obligation de consulter qui lui incombe. »

Clyde River

Dans un premier jugement rendu mercredi matin, la Cour suprême a invalidé l’autorisation accordée en 2014 par l’ONE au consortium norvégien Petroleum Geo-Service (PGS). La communauté inuite de Clyde River de l’île de Baffin, au Nunavut, s’opposait à son projet d’essais sismiques dans les eaux côtières.

PGS voulait mesurer les gisements de pétrole. Les essais qui sont effectués par des canons à air produisant des ondes sonores perturbent toutefois la vie sous-marine, source de nourriture pour de nombreux Inuits.

Les juges du plus haut tribunal du pays ont indiqué dans ce cas que « le processus de l’ONE n’a pas permis de satisfaire à l’obligation de la Couronne de mener la consultation approfondie qui était requise ».

D’abord, notent les juges, parce que l’ONE « n’a pas pris en considération la source des droits issus de traités des Inuits ni l’incidence des essais proposés sur ces droits ». Ensuite, parce qu’il n’y a pas eu d’audiences ni d’aide financière à l’intention des participants. Finalement, parce que les promoteurs ont répondu aux questions soulevées durant le processus d’évaluation environnementale « au moyen d’un document pratiquement inaccessible ».

Il s’agissait d’un document de près de 4000 pages qui n’avait été que partiellement traduit. Le maire de Clyde River n’avait pas pu le télécharger en totalité parce que la connexion Internet dans son hameau n’était pas assez rapide.

Enbridge

Dans une deuxième décision, le plus haut tribunal canadien donne raison à la pétrolière Enbridge dans son projet d'inversion du pipeline 9B. En 2015, Enbrige a obtenu de l’ONE l’autorisation finale d’inverser le flux de son pipeline 9B et d’en accroître la capacité, pour la faire passer de 240 000 barils de brut transportés par jour à 300 000. La canalisation, construite en 1976, relie la municipalité ontarienne de North Westover à Montréal et sillonne notamment le territoire ancestral de la Première Nation Chippewas de la Thames.

La Cour suprême maintient cette autorisation, jugeant que « la consultation a manifestement été adéquate ».

« Premièrement, l’ONE a fourni aux Chippewas une possibilité adéquate de participer au processus décisionnel. Deuxièmement, l’ONE a suffisamment apprécié les effets potentiels du projet sur les droits des groupes autochtones, ce qui l’a amené à conclure que le risque d’effets préjudiciables était minime et pouvait être atténué. Troisièmement, l’ONE a pris des mesures d’accommodement appropriées pour atténuer les risques potentiels du projet sur les droits des groupes autochtones en imposant des conditions à Enbridge », écrivent les juges.

Les Autochtones sont déçus

La société pétrolière a salué la décision de la Cour suprême et s’est engagée à maintenir des relations fortes avec toutes les communautés autochtones.

Le chef de la Première Nation Chippewas de la Thames, Myeengun Henry, s'est dit « très déçu » du jugement. « Les droits des peuples autochtones sont piétinés, une fois de plus », a-t-il affirmé.

« Défendre ses droits est un motif de fierté, a ajouté le chef Henry. Nous devons garder la tête haute. »

Avec les informations de CBC

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine