Retour

Propos machistes : d'autres excuses de Trump pour apaiser la controverse

À moins de 48 heures d'un deuxième débat contre Hillary Clinton, Donald Trump a dû présenter ses excuses pour les propos dégradants sur les femmes qu'il a tenus en 2006 et révélés par un grand quotidien. Il en a cependant profité pour décocher quelques flèches en direction de la candidate démocrate et de son célèbre époux.

« Je n'ai jamais dit que j'étais une personne parfaite, ni prétendu être une autre personne que moi-même. J'ai dit et fait des choses que je regrette, et les paroles diffusées dans cette vidéo vieille de plus de 10 ans en font partie. Ceux qui me connaissent savent que ces paroles ne reflètent pas qui je suis. Je l'ai dit, j'avais tort et je m'excuse », a déclaré le candidat républicain dans un message vidéo publié sur Facebook.

Le Washington Post a mis en ligne vendredi l'enregistrement d'une conversation privée du milliardaire, datant de 2005, au cours de laquelle il décrit en termes crus et dégradants ses techniques de drague.

Dans un entretien avec un animateur d'émission de variétés, enregistré à leur insu dans un autobus avant le tournage d'une émission, il explique notamment les avantages que la célébrité lui apporte dans ses rapports avec les femmes.

De façon très crue, Donald Trump, qui n'était pas encore politicien, ajoute qu'il est capable d'« attraper [ces femmes] par le sexe ».

Le magnat raconte également de manière grossière comment il a tenté de séduire une femme mariée alors qu'il venait tout juste d'épouser sa troisième femme, Melania Knauss. « J'ai essayé, mais j'ai échoué, je l'admets. »

Tandis que les deux hommes sortent de l'autobus, ils aperçoivent l'actrice Arianne Zucker, et Donald Trump insinue qu'il réussira à la séduire. « Il faut que je prenne des Tic Tac au cas où je l'embrasserais. Je suis automatiquement attiré par les belles. Je les embrasse tout de suite, comme un aimant. Je les embrasse, je n'attends même pas. »

La vidéo, obtenue d'une source non divulguée, a été diffusée en boucle par les chaînes d'information américaines vendredi.

La présidentielle américaine 2016 - notre section spéciale

« Des blagues de vestiaire »

Peu après la publication de la vidéo, Donald Trump a présenté ses excuses une première fois.

« C'était des plaisanteries de vestiaire, une conversation privée il y a des années. Bill Clinton m'a dit des choses bien pires sur des terrains de golf, sans comparaison. Je m'excuse auprès de tous ceux qui sont blessés », a-t-il déclaré.

La candidate à la présidence pour le Parti démocrate, Hillary Clinton, a aussitôt réagi à ces propos sur son compte Twitter. « C'est horrible. Nous ne pouvons pas permettre à cet homme de devenir président. »

Condamné par les républicains

Le président du Parti républicain, Reince Priebus, a lui aussi condamné les paroles de Donald Trump. « Une femme ne devrait jamais être décrite de cette façon, avec de tels propos. Jamais. »

Paul Ryan, le président républicain de la Chambre des représentants des États-Unis, s'est dit « écoeuré » par les paroles du candidat à la Maison-Blanche.

Le président du Sénat, Mitch McConnell, a quant à lui qualifié les commentaires de Donald Trump au sujet des femmes de « répugnants ». Il a ajouté que le candidat républicain à la Maison-Blanche devait « présenter ses excuses directement à toutes les femmes et les filles ».

Donald Trump devait participer à un rassemblement républicain samedi dans le Wisconsin, aux côtés de Paul Ryan, mais il a annulé sa présence en soirée. « Mike Pence me représentera demain [samedi] dans le Wisconsin. Je passerai la journée à New York pour préparer le débat », a précisé Donald Trump dans un communiqué.

Reince Priebus a demandé à Donald Trump de changer d'attitude à plusieurs reprises au cours de la campagne, mais il a tout de même encouragé les troupes républicaines à se rallier à ce dernier pour défaire la démocrate Hillary Clinton.

À quatre semaines des élections, cette histoire s'ajoute à une longue série d'anecdotes et de témoignages sur le comportement machiste de Donald Trump.

L'homme d'affaires avait notamment qualifié la Vénézuélienne Alicia Machado, devenue Miss Univers, de « Miss Piggy » et avait insulté l'humoriste Rosie O'Donnell.

Hillary Clinton devance Donald Trump de cinq points de pourcentage dans les intentions de vote pour l'élection présidentielle, selon un sondage Reuters-Ipsos publié vendredi.

Plus d'articles