Retour

Propos sur les handicapés : André Ducharme admet l'erreur du producteur

Le narrateur d'Un souper presque parfait, André Ducharme, admet que le jugement du producteur de l'émission a fait défaut lorsqu'il a choisi de diffuser les propos d'une participante dénigrant les personnes handicapées.

Dans une émission diffusée lundi soir sur V, les téléspectateurs ont notamment pu entendre Anne-Marie Hamel affirmer que les handicapés « ne font pas partie de la société », puisqu'ils ne « contribuent à rien ». Elle a immédiatement été l'objet de virulentes critiques, voire d'insultes, sur les réseaux sociaux.

Selon André Ducharme, le producteur de Zone 3, Guillaume L'Espérance, fait normalement preuve d'un « jugement béton » en dirigeant cette émission. « Là, il y a eu une craque dans le béton », a-t-il reconnu dans une entrevue accordée à Gravel le matin.

« Il l'a échappé. Il l'a dit », a-t-il affirmé, dans une référence aux excuses publiques qui ont été diffusées mardi sur le page Facebook de l'émission par M. L'Espérance et la directrice de la programmation de V Média, Nathalie Brigitte Bustos.

M. L'Espérance et Mme Bustos affirment en outre qu'ils vont « retirer le contenu inapproprié de l'émission originale [...] avant de la rendre disponible à nouveau. »

Anne-Marie Hamel a aussi présenté ses « plus grandes et sincères excuses à toutes les familles et toutes les personnes qui se sont senties touchées et visées par mes commentaires » dans un message diffusé sur la même page Facebook mercredi midi. Elle dit avoir « dû prendre quelques jours pour réfléchir. »

Quelle responsabilité pour le diffuseur?

L'affaire soulève la question de la responsabilité du producteur et du diffuseur dans de tels cas, d'autant plus que l'émission présentée lundi a en fait été tournée il y a déjà quatre mois.

Bien qu'il affirme n'être « pas d'accord » avec les propos de Mme Hamel, et qu'il affirme ne pas participer aux décisions concernant ce qui est diffusé ou pas, André Ducharme a tenté de défendre le producteur de l'émission.

« C'est ma face qui est sur l'émission. C'est normal qu'on me tire dessus. Je suis prêt à l'accepter », a-t-il déclaré, avant de remettre les pendules à l'heure. « Je suis narrateur. Je commente ce que je vois ».

Selon lui, les émissions diffusées cette semaine sont « très particulières », dans la mesure « où tous les participants ont émis des opinions de ce type-là, très tranchées, sur toutes sortes de sujets ».

Les propos d'Anne-Marie Hamel, poursuit-il, rebondissaient dans une émission subséquente, où ils faisaient l'objet d'un « gros débat ». Selon lui, l'erreur du producteur Zone 3 a été de diffuser une première émission où elle s'exprime seule sur le sujet.

« C'est très grave de dire ça », concède André Ducharme. Mais « les idées, pour les confronter, il faut les exposer. [...] Malheureusement, il y a des gens qui pensent ça. »

André Ducharme dit espérer que la controverse, abondamment relayée sur les médias sociaux, se termine rapidement, afin que Mme Hamel puisse retrouver la paix.

Il indique qu'à l'instar de la jeune femme, il a reçu des menaces de mort suite à la diffusion de l'émission, des « réactions exagérées » qui montrent que ceux qui critiquent la participante ne brillent pas davantage par leurs propos.

Plus d'articles

Commentaires