Retour

Pubnico : l'incendie qui a coûté la vie à 4 enfants n'est pas d'origine criminelle

L'incendie ayant fait plusieurs morts dimanche à Pubnico n'est pas d'origine criminelle, a conclu lundi l'escouade des crimes majeurs de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) en Nouvelle-Écosse.

Quatre enfants ont péri dans l’incendie d’une résidence de Pubnico, dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse. Un pêcheur de homard de la région, qui est l'une des deux personnes à avoir pu quitter la maison en flammes, luttait pour sa vie à l'hôpital lundi matin, selon des membres de la famille.

L’une des jeunes victimes est un bébé, selon ce que la famille a rapporté au personnel de la Croix-Rouge dépêché dans la communauté.

La résidence de deux étages, habitée par la famille depuis des générations, a été complètement rasée par les flammes, qui se sont déclarées peu après minuit dimanche en bordure de la route 3 à Pubnico.

Une quarantaine de pompiers ont combattu l’incendie pendant deux heures, mais la maison a été complètement détruite. Une fois le brasier éteint, un seul mur était encore debout.

« Il n'y avait pas moyen de sortir de la maison. Nous ne pouvions qu'éteindre le feu », relate Gordon Amiro, le chef des pompiers de Pubnico-Ouest. Il dit que les pompiers étaient sur les lieux une douzaine de minutes après l'alarme.

M. Amiro croit qu'il faudra des jours avant de connaître la cause de l'incendie.

Puisque la thèse de l'incendie criminelle a été écartée, c'est maintenant le service de médecin légiste de la Nouvelle-Écosse qui mène l'enquête. La GRC continue de prêter main forte au médecin légiste.

Lundi, des pelles mécaniques ont détruit les rares éléments de la structure qui tenaient encore afin de permettre aux inspecteurs d'accéder à la scène.

Durant la journée, les policiers ont fouillé les décombres, accompagnés d'un chien dépisteur.

À au moins trois reprises, le berger allemand s'est immobilisé à un endroit et est demeuré immobile jusqu'à ce qu'un policier vienne marquer l'endroit d'un drapeau orange.

La communauté manifeste son soutien

La communauté était sous le choc au lendemain du drame.

« Le village de Pubnico est vraiment en deuil. Toute la population est comme une grande famille », dit Helen Leblanc, résidente de Pubnico-Ouest.

À l’école primaire Drumlin Heights, à Argyle en Nouvelle-Écosse, que deux des victimes fréquentaient selon la direction, des professionnels en santé mentale étaient sur place pour soutenir les élèves et le personnel enseignant, lundi. La commission scolaire régionale assure qu'elle suit la situation de près et fournira les ressources nécessaires.

La Croix-Rouge canadienne et la municipalité d’Argyle ont offert leur aide à la famille. De la nourriture et des vêtements ont notamment été fournis.

Plus d'articles