Retour

QS prêt à tendre la main au PQ sous certaines conditions

Réunis en Conseil national à Québec, ils ont accepté, lors d’un vote tenu dimanche, de lancer un chantier de réflexion sur la possibilité d’unir les forces souverainistes et sur les moyens d’y arriver. Ils ont maintenu leur participation aux discussions des Organisations unies pour l'indépendance du Québec (le OUI Québec).

Les militants imposent un certain nombre de valeurs dont dépendraient cette convergence : la fin de l’austérité et un réinvestissement dans les services publics, le féminisme comme valeur partagée, la fin du développement des hydrocarbures en sol québécois, un mode de scrutin proportionnel, un projet indépendantiste inclusif et la reconnaissance du droit à l’autodétermination des Premières Nations.

Ce sont vraiment des conditions de principe. Évidemment, après, on peut discuter de stratégie, on peut discuter de propositions concrètes.

Françoise David, députée de Gouin et porte-parole de Québec solidaire, en entrevue à Radio-Canada

« Nous acceptons l'invitation du OUI Québec, qui est un regroupement des acteurs souverainistes de la société civile, a expliqué Mme David. Le OUI Québec nous propose une table pour les partis politiques pour aller discuter de comment nous voyons l'accession à l'indépendance. Oui, nous allons y aller. »

S'il réussissait à prendre le pouvoir, QS souhaiterait mettre en place une « assemblée constituante », une assemblée citoyenne élue par la population et représentative de tous les courants et de toutes les régions qui élaborerait un projet de constitution. La formation tentera de convaincre ses partenaire du OUI Québec d'adopter cette approche.

Les activités du OUI Québec étaient interrompues depuis la course à la direction du Parti québécois, et Québec solidaire désirait consulter ces membres sur la poursuite des activités dans la foulée de la position du nouveau chef Jean-François Lisée d'exclure la tenue d'un référendum d'ici 2022.

Le PQ ravi

Le Parti québécois s'est réjoui de la décision des militants de Québec solidaire de franchir un pas de plus vers la convergence des forces souverainistes.

« L'ouverture qu’a démontrée QS en mettant sur pied un grand chantier sur la possibilité de convergence et d’alliances, y compris l’idée de candidatures communes, constitue un geste d’une grande importance pour l’avenir, a déclaré la députée Véronique Hivon dans un communiqué. Cette réponse favorable à l’invitation lancée par Jean‑François Lisée et par de nombreux progressistes démontre que, petit à petit, nous avançons dans une direction porteuse. »

« Chaque geste de rapprochement est un geste significatif vers la convergence, du plus modeste au plus ambitieux », a ajouté Mme Hivon.

Les militants de QS seront amenés à proposer des solutions concrètes pour réaliser cette union. Une des options serait en effet de présenter des candidats communs, appuyés par l’ensemble des forces convergentes. Cette avenue demeure cependant exclue pour les élections partielles du 5 décembre prochain.

Le fruit de cette ambitieuse réflexion sera partagé lors du congrès national en mai prochain.

Je ne désespère pas. Pour le moment, c’est vrai que la tâche peut paraître difficile, mais à Québec solidaire, on n’a jamais peur du difficile.

François David, députée et porte-parole de Québec solidaire

Plus d'articles