Retour

QS veut redistribuer les pouvoirs du premier ministre

Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois ont annoncé vendredi qu'ils modifieraient considérablement le rôle du premier ministre, advenant un gouvernement de Québec solidaire (QS). Ils souhaiteraient lui retirer certains de ses pouvoirs pour en donner davantage au vice-premier ministre et aux parlementaires.

Un texte de Michel Marsolais

Les deux porte-parole proposeront en ce sens à leurs membres que le premier ministre exerce le pouvoir exécutif alors que le vice-premier ministre prendrait du galon pour devenir responsable du travail législatif.

Il agirait aussi comme chef parlementaire.

QS estime aussi que la revalorisation du rôle de parlementaire diminuerait la partisanerie.

« Il est définitivement possible de faire autrement que ce qui se fait depuis des décennies. On peut changer en autant qu’on ait une volonté politique, une volonté démocratique », pense Manon Massé.

Qui sera candidat?

Les deux porte-parole n’ont cependant pas éclairci la question du candidat de Québec solidaire au poste de premier ministre. Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois ont tous deux exprimé leur intérêt pour la fonction, mais ils laissent à leurs membres le choix de décider du meilleur candidat dans les circonstances.

« On va faire les choses dans l’ordre. La première étape est de faire adopter à notre congrès de décembre cette nouvelle répartition du pouvoir. L’étape suivante, c’est de décider qui aura quel rôle, et pour ça, il y aura un conseil national au printemps prochain. D’ici là, la spéculation est inutile », explique Gabriel Nadeau-Dubois.

Il n’y aura pas de course à la chefferie, donc pas de lutte ni de débats entre les deux co-porte-parole.

« Ces changements ne seraient qu’une étape de transition, puisque notre proposition de réforme démocratique est beaucoup plus ambitieuse. Ce qu’on propose à Québec solidaire, c’est la mise en place d’une assemblée constituante qui, dès un premier mandat, redéfinirait au complet les institutions politiques québécoises », précise Gabriel Nadeau-Dubois.

Plus d'articles

Commentaires