Retour

Qu’est-ce qu’on attend du Mouvement Desjardins?

Desjardins n'est pas une entreprise comme les autres. Desjardins est le plus grand employeur privé du Québec, la société est partout sur le territoire et fait partie des racines économiques et entrepreneuriales des régions. Surtout, il s'agit d'une coopérative, son PDG le rappelle toujours, et c'est pourquoi chaque décision du Mouvement est soupesée, analysée, critiquée, saluée.

Une analyse de Gérald Fillion

Donc, ça veut dire que l’intérêt premier d’un groupe comme Desjardins demeure l’épanouissement de la collectivité, du groupe, des membres, des citoyens, des travailleurs, du milieu de vie. Qu’il s’agisse de la plus grande institution financière du Québec, en concurrence avec de grosses banques de Toronto, ou qu’il s’agisse d’une petite société de soutien aux personnes âgées, les valeurs coopératives ne changent pas. Elles demeurent fondamentalement tournées vers la communauté.

Ces valeurs sont exprimées sur le site web de Desjardins :

  • l’argent au service du développement humain;
  • l’engagement personnel;
  • l’action démocratique;
  • l’intégrité et la rigueur;
  • la solidarité avec le milieu;
  • l’intercoopération.

Sachant tout cela, est-ce que Desjardins manque à ses obligations et engagements envers la communauté en fermant des caisses, en centralisant leur administration et en retirant des guichets automatiques? En faisant cela, est-ce que Desjardins s’éloigne et se désengage face aux économies des petites localités? Et puis, allons plus loin : est-il du devoir de Desjardins de maintenir une présence dans de petites communautés afin d’en assurer la vitalité, même si la rentabilité est faible ou absente?

Plus près, grâce au virage numérique

Ce sont des questions importantes parce que Desjardins est un puissant moteur économique du Québec depuis un siècle. Desjardins s’est bâti grâce aux Québécois et est aujourd’hui une institution financière solide, forte, bien capitalisée, qui vient d’annoncer les meilleurs résultats de son histoire. Les excédents avant ristournes dépassent les 2 milliards de dollars et les ristournes elles-mêmes ont bondi de 40 % en 2017.

Pour le PDG Guy Cormier, le virage numérique est une façon pour Desjardins de s’approcher des clients et d’être plus efficace. « On sent vraiment, au cours de la dernière année, année et demie, un rapprochement du Mouvement Desjardins avec nos membres, on le sent vraiment », nous disait Guy Cormier le 26 février dernier à RDI économie.

« Les gens sentent un Desjardins plus près d’eux, selon le PDG, autant au niveau de la technologie qu’au niveau des services que l’on offre, que de la proximité humaine. »

Des solutions pour maintenir les services

Son de cloche différent toutefois au lendemain de l’entrevue réalisée avec Guy Cormier, quand le maire de Saint-Roch-des-Aulnaies, près de La Pocatière, dénonçait la décision de Desjardins de mettre fin aux services aux caisses et de retirer son guichet automatique dans la petite localité. André Simard dit avoir proposé en vain des solutions, notamment de renoncer à une partie des ristournes, pour maintenir ces services.

La Fédération québécoise des municipalités a demandé à Desjardins d’explorer des solutions créatives, comme le maintien d’un guichet automatique à l’hôtel de ville, où un partage d’employés entre les municipalités et Desjardins serait même envisageable.

L’ex-présidente de Solidarité rurale et préfète de la MRC de Témiscamingue, Claire Bolduc, abonde dans le même sens. « Si on perd le service complètement, ça signifie beaucoup, disait-elle à RDI économie le 28 février. Si les dirigeants des caisses populaires locales s’adressaient aux citoyens pour valider quels sont leurs besoins, de quelle manière on peut faire évoluer les services bancaires offerts par Desjardins, probablement qu’il y aurait des solutions beaucoup plus adaptées [...] qui permettraient aux gens de continuer d’avoir le service. »

En réplique, Desjardins maintient le même discours : les membres demandent et utilisent davantage de services numériques. Guy Cormier affirmait d’ailleurs à RDI économie que la satisfaction des clients de Desjardins est très élevée sur les plateformes numériques.

Et le collectif?

Desjardins a de bonnes raisons de vouloir être plus efficace et plus rentable afin de respecter ses engagements internationaux en tant qu’institution financière et pour contribuer davantage à la collectivité sous forme de dons et de ristournes. Mais Desjardins n’est pas une société comme les autres. Et puisque Desjardins est une coopérative, nous devons nous éloigner de l’intérêt personnel d’une part et de l’intérêt financier corporatif d’autre part.

La dimension collective et communautaire est primordiale lorsqu’on parle d’une coopérative et ça touche aussi Desjardins. On comprend que l’institution financière estime que son virage numérique la rapproche de ses membres et rend ses services plus accessibles aux citoyens et aux entreprises. Peut-être. Mais le retrait de services physiques pousse les consommateurs à se déplacer vers d’autres localités, au détriment des villes et villages qui n’ont plus de caisse et qui n’ont plus de guichets automatiques. C’est une perte économique pour une localité.

Et donc, la question fondamentale demeure intacte, encore en 2018, malgré tous les changements technologiques en cours : quel est le rôle de Desjardins dans la vitalité des villes et villages du Québec? Et j’ajoute : qu’est-ce qu’on attend de Desjardins?

Ne serait-il pas venu le temps, pour Desjardins, d’engager une discussion avec les Québécois, sur ses objectifs, ses obligations et ses responsabilités?

Plus d'articles

Vidéo du jour


Regardez la réaction de cette fille!





Rabais de la semaine