Retour

Quand des produits « bios » ne sont pas vraiment bios

Même s'ils sont plus chers, les aliments biologiques sont de plus en plus populaires. C'est un marché en pleine croissance qui représente, au Canada, près de 4 milliards de dollars. L'utilisation de l'appellation biologique peut donc être tentante... même si ce n'est pas vrai.

Un texte d'Andrée Langlois de L'épicerie

Parmi les centaines d'aliments biologiques proposés, les fruits et légumes ont la cote. L'épicerie a donc fait enquête dans 35 supermarchés de la grande région de Montréal, de la fruiterie de quartier aux grandes enseignes. Résultat : 65 % des lieux visités affichent des fruits et des légumes biologiques sans certification, sans indication, sans preuve.

Un exemple de fraude : l'utilisation d'un faux autocollant apposé par le marchand. Ce ne sont pas les logos que l'on doit rechercher sur un produit, mais bien le nom du certificateur. La certification est obligatoire pour pouvoir porter l'appellation « biologique ».

Autre exemple : des courges non identifiées. Pour plus de transparence, le magasin nous a confirmé la certification biologique grâce à la boîte d'emballage d'origine. Chez un autre épicier, ce sont des cantaloups qui n'étaient pas étiquetés. Pour corriger la situation, la propriétaire n'a pas d'autre choix que de placer les produits avec les autres aliments conventionnels.

Une autre pratique fréquente : les aliments biologiques vendus en vrac ou réemballés. Dès qu'un emballage initial est modifié, il existe un risque de manque d'intégrité. Pour vendre en vrac, le magasin doit être certifié.

Pour le consommateur, difficile de s'y retrouver : des logos de toutes sortes, des noms, des chiffres... comment s'assurer que le fruit ou le légume est réellement biologique? Car c'est une appellation réglementée et encadrée. Les aliments doivent respecter une méthode de production, des règles strictes et être certifiés.

Au Québec, le Conseil des appellations réservées et des termes valorisants (CARTV) est responsable de faire appliquer la loi, mais l'organisme n'a que deux inspecteurs pour contrôler les grandes enseignes, les petites épiceries, les fruiteries, les marchés publics et même les foires alimentaires. Il ne faut donc pas hésiter à poser des questions. Dans le doute, on peut toujours porter plainte au CARTV ou à l'Agence canadienne d'inspection des aliments.

Plus d'articles

Commentaires