Retour

Que reste-t-il du rapport « Oser repenser le PQ »?

Au lendemain du congrès national du Parti québécois (PQ), l'heure est au bilan pour Paul St-Pierre Plamondon, dont certaines des recommandations ont été soumises aux militants péquistes au cours du dernier week-end.

Un texte de Hugo Lavallée, correspondant parlementaire à Québec

Le rapport Oser repenser le PQ comptait 156 recommandations. De ce nombre, 44 avaient été retenues par le Conseil exécutif national du PQ dans l'espoir d'une adoption rapide. Si la plupart d'entre elles ont été adoptées, d'autres recommandations plus litigieuses ont été écartées, mais Paul St-Pierre Plamondon reste optimiste.

Neutralité des exécutifs

Lors de la dernière course à la direction du parti, Paul St-Pierre Plamondon avait déploré l'attitude adoptée par certaines associations de circonscription qui avaient refusé de le laisser s'adresser à leurs membres, sous prétexte qu'elles avaient déjà pris position en faveur d'un autre candidat. Afin de permettre à tous les candidats d'une prochaine course à la direction d'être traités équitablement, il avait par la suite recommandé l'adoption de règles visant à assurer la neutralité des exécutifs durant les courses à la direction. Cette recommandation a toutefois été battue le week-end dernier.

« Il y avait, dans la façon dont c'était rédigé, une crainte que les militants soient un peu liés à un mutisme. Or, ce n'était pas ça l'objectif », explique Paul St-Pierre Plamondon, en entrevue à Radio-Canada. Il se réjouit toutefois de voir que les militants sont ouverts à garantir à tous les aspirants chefs du parti le même accès auprès des militants lors de la prochaine course.

Diversité

D'autres recommandations, chères à l'ex-candidat à la direction du Parti québécois, n'ont pu être débattues le week-end dernier, faute d'avoir reçu l'appui des membres en amont du congrès. C'est ainsi qu'une proposition visant à favoriser la présence d'« au moins une personne de la diversité » au sein des exécutifs de circonscription a été d'emblée rejetée. Idem pour une autre proposition qui aurait donné plus d'autonomie aux membres du Conseil national des jeunes du Parti québécois.

« Lorsqu'on regarde ce qui a été adopté au terme du congrès, on retrouve au moins quatre-cinq propositions pour favoriser la diversité, tant au sein du parti, que de la fonction publique, que de notre société », modère toutefois Paul St-Pierre Plamondon. Il cite entre autres l'adoption d'une proposition visant à mettre en place un comité de suivi aux mesures promises par le parti pour s'attaquer à la discrimination et au racisme.

Pour le reste, l'aspirant chef se dit « fier » et « heureux » de constater que la majorité de ses recommandations ont été acceptées par les membres. Il cite en exemple l'adoption de propositions visant à favoriser l'inclusion des jeunes dans les instances du parti, à constitutionnaliser le droit à un environnement sain et à inclure dans les statuts du PQ un énoncé des valeurs sur lesquelles ce dernier est fondé.

« Il faut se rappeler que le rapport final d'Oser repenser le PQ, ça fait à peine six mois qu'il est complété, qu'il est public. Donc c'est déjà un bond en avant, une réceptivité en six mois, qui est très très bonne. »

« Lorsqu'on propose des réformes, il faut le voir sur plusieurs années », conclut-il.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine