Retour

Que retenir du grand exercice militaire en Russie?

Les vastes manœuvres militaires de la Russie et du Bélarus, appelées Zapad 2017, ont soulevé l'inquiétude dans les pays baltes et en Pologne. Voici pourquoi.

UN TEXTE DE RAYMOND SAINT-PIERRE

L’OTAN a reproché à la Russie son manque de transparence dans ce vaste exercice; en effet, très peu d’observateurs étrangers ont pu y assister et personne ne s’entend sur le nombre de militaires qui y ont participé.

Pendant sept jours, le Bélarus et la Russie ont testé toutes leurs armes, toutes leurs tactiques contre un ennemi imaginaire qui viendrait de l’ouest pour envahir une partie de leur territoire.

Blindés, navires de guerre, hélicoptères, artillerie lourde, missiles balistiques et missiles de croisière ont été utilisés pour repousser cet éventuel envahisseur. Un exercice d’une rare ampleur.

Le président russe, Vladimir Poutine, a assisté à certaines de ces manœuvres dans la région de Saint-Pétersbourg. Un exercice de ce genre n’est pas sans danger, surtout que tant d’engins de guerre sont utilisés.

Deux jours avant la visite du président Poutine à ce même endroit, un hélicoptère a tiré accidentellement une roquette en direction des spectateurs. Selon des médias russes, qui ont diffusé ces images, trois personnes auraient été blessées.

Tout ce bruit soulève encore plus l’inquiétude dans les pays voisins de la Russie. Quatre de ces voisins, membres de l’OTAN, ont déjà demandé à l’Alliance de déployer des troupes sur leur territoire, une sorte de force de dissuasion. Rappelons que c’est le Canada qui a pris la tête du bataillon de l’OTAN déployé en Lettonie.

Le Bélarus affirme avoir tout fait pour calmer les craintes de ses voisins.

Le porte-parole du ministre bélarusse de la Défense, le major-général Oleg Voinov, affirmait qu’on a choisi, pour cela, des sites de manœuvres éloignés des frontières.

Et puis, contrairement à la Russie, le Bélarus a aussi invité des observateurs de sept pays pour assister à ces exercices.

Parmi eux, Ragnhild Hustag, de l’armée norvégienne, trouve cependant très difficile d’observer ce genre de vaste exercice.

L’OTAN soulève d’ailleurs le manque de transparence de la Russie. Il y aurait eu beaucoup plus de soldats qui ont participé à cet exercice. La Russie et le Bélarus parlent de 12 700.

Selon le Document de Vienne, de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, dont fait partie la Russie, tout exercice auquel participent plus de 13 000 militaires doit être ouvert aux observateurs étrangers. Or, l’OTAN croit qu’il y a eu plutôt 100 000 soldats à participer à l'exercice Zapad.

Mais pour des analystes militaires, comme le Russe Pavel Felgenhauer, c’est probablement encore bien plus que ça. Selon lui, si on compare avec des exercices militaires précédents, c’est plutôt 300 000 militaires qui participaient à l'exercice Zapad.

Du côté russe, on affirme que, de toute façon, le scénario de cet exercice était purement défensif et que le voisinage n’a pas à s’inquiéter.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine