Retour

Québec accorde près de 6 M$ en aide directe aux centres de désintoxication

Le gouvernement de Philippe Couillard a présenté une solution aux centres de désintoxication pour améliorer leur financement. Sans revenir sur les modifications à l'aide sociale, le ministère de la Santé et des Services sociaux va bonifier le financement de ces centres.

Un texte de Davide Gentile

Environ 6 millions de dollars seront versés directement aux centres qui ne profitent pas du Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC), évoqué fréquemment depuis la fermeture du centre Mélaric. Le cabinet de la ministre déléguée à la Réadaptation et à la Santé publique, Lucie Charlebois, indique que « le fait qu'il y a eu une modification au règlement de l'aide sociale nous permet maintenant de restructurer l'administration des centres de dépendance ».

La situation du centre Mélaric demande une approche spécifique, a précisé la ministre Charlebois. « Mélaric est un cas qui va devoir être regardé en l'espèce. On va voir ce qu'on peut faire d'autre, parce que les problèmes étaient là avant la réforme. Je pense qu'on peut travailler ensemble pour trouver des pistes de solutions », a-t-elle dit en point de presse.

La mesure de financement a été présentée à l'Association provinciale des organismes en dépendance (APOD) ainsi que l'Association québécoise des centres d'intervention en dépendance (AQCID) mercredi après-midi. Plusieurs de ces centres se sont plaints d'être désavantagés financièrement parce qu'ils n'ont pas accès au PSOC.

Des critères à préciser

Les critères pour obtenir un soutien financier restent à être précisés. « Le ministère de la Santé et des Services sociaux travaille à identifier les modalités d'allocation de ces sommes qui relèvent du ministère et qui s'inscrivent dans la lutte aux dépendances », indique-t-on. Ces modalités devraient être précisées prochainement.

L'intervention du gouvernement aurait été finalisée plus tôt cette semaine lors d'une rencontre interministérielle. Le ministère du Travail et le ministère de la Santé ont contribué à l'élaboration de ce soutien financier, tout comme le Conseil du Trésor.

Dans ce nouveau contexte, les fonds seront versés directement par le ministère de la Santé et des Services sociaux aux centres de désintoxication admissibles en fonction des barèmes qui seront établis.

Cette solution devrait permettre de résoudre le manque à gagner engendré par la réforme de l'aide sociale.

Depuis mai dernier, les bénéficiaires de l'aide sociale qui résident dans un centre de désintoxication reçoivent 200 $ par mois au lieu de la totalité du chèque d'aide sociale. Un montant estimé suffisant pour une personne qui est nourrie et logée dans ces centres.

Avant la réforme, certains centres facturaient entre 300 $ et 400 $ par mois aux bénéficiaires de l'aide sociale. Avec la réduction des chèques à 200 $, ces centres ont dû arrêter de demander ces montants, ce qui aurait contribué à compliquer la situation financière de certains d'entre eux.

Le cabinet de Lucie Charlebois se montre rassurant quant à l'avenir de ces centres en difficulté financière. « Les mesures transitoires du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale seront maintenues afin de les accompagner dans la transition à la modification au Règlement sur l'aide aux personnes et aux familles. »

Mesure bien reçue

« L'indignation et la pression populaire suscitées par la fermeture de certains centres et la diminution de leur financement auront eu raison de l'intransigeance de la ministre Charlebois et du premier ministre Couillard », a réagi la porte-parole parlementaire de Québec solidaire, Françoise David. « Prenons note et continuons de mettre le gouvernement devant ses incohérences pour qu'il recule en d'autres domaines », a ajouté la députée de Gouin.

Le directeur de l'Association québécoise des centres d'intervention en dépendance (AQCID), Vincent Marcoux, s'est dit satisfait de cette annonce, mais attend de voir les modalités de distribution aux 70 centres de désintoxication concernés.

Le directeur du centre L'Envolée et président de l'Association provinciale des organismes en dépendances, Nicolas Bédard, est aussi satisfait de l'annonce de la ministre. « C'est une bouffée d'air frais qu'on reçoit. On veut remercier la ministre Charlebois », a-t-il dit.

Le porte-parole du Parti québécois en matière de santé publique et de services sociaux, Jean-François Lisée, a parlé d'une « bonne nouvelle », soutenant que le gouvernement s'est rendu à la raison pour « corriger une partie de ses dégâts ».

M. Lisée se demande si le tir est corrigé pour les prestataires d'aide sociale toxicomanes qui ont préféré « rester chez eux » plutôt que de voir leurs prestations réduites.

Plus d'articles

Commentaires