Afin d'offrir un meilleur départ scolaire aux enfants de milieux défavorisés, le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, annonce l'ouverture de 100 classes de maternelle 4 ans à temps plein dès la prochaine rentrée scolaire.

Ces classes de maternelle qui accueillent des enfants dès l’âge de 4 ans sont créées en complément des services de préparation à la maternelle déjà offerts aux tout-petits dans les services de garde éducatifs.

Ces classes de prématernelle visent particulièrement les enfants des milieux défavorisés qui ne fréquentent pas des services de garde éducatifs et qui ne bénéficient pas de cette période d’adaptation à la vie scolaire.

Ces 100 nouvelles classes porteront à 288 le nombre de classes de maternelle 4 ans en milieu défavorisé à travers le Québec.

En plus d’ajouter ces classes, Québec révisera le programme éducatif des maternelles 4 et 5 ans afin d’y ajouter l’apprentissage des lettres de l’alphabet. Les enfants qui sortent de la maternelle devront bien connaître leurs lettres plutôt que de simplement les reconnaître.

« Grâce à l’ajout de ces classes, plusieurs écoles pourront améliorer leur offre de services éducatifs en permettant aux enfants de s’initier au milieu scolaire et de s’éveiller au plaisir d’apprendre. En cultivant ce plaisir dès l’enfance, nous donnons un cadeau précieux à chaque enfant québécois pour qu’il puisse construire sa réussite. », explique Patrick Huot, député de Vanier et whip adjoint du gouvernement.

Un programme à perfectionner

Mais en dépit des bonnes intentions sur lesquelles il repose, le programme de maternelle à partir de 4 ans ne fait pas l'unanimité dans toutes les sphères du monde scolaire québécois. Tout d'abord, en ce qui a trait à la formation des enseignants et enseignantes pour la maternelle et la prématernelle, les cours destinés à ces niveaux seraient plutôt rares dans les programmes universitaires québécois.

Actuellement, les étudiants au baccalauréat en éducation n'auraient que deux ou trois cours consacrés au préscolaire, essentiellement à la maternelle 5 ans.

De plus, selon une étude publiée en mars 2017 par la psychologue et professeure Christa Japel du Département d'éducation et formation spécialisées de l'UQAM, la maternelle 4 ans, depuis son instauration en 2013, n'atteindrait pas ses objectifs. D'après la chercheuse, le programme, dans sa forme actuelle, ne réussit pas à favoriser la préparation à l'école des enfants issus de milieux défavorisés.

Selon l'auteure de l'étude, trop peu d'argent et de moyens ont été octroyés aux enseignants pour mettre en place un milieu qui soit stimulant et accessible pour les enfants de 4 ans. Le manque de formation ciblée des enseignants était aussi un facteur à considérer.

Plus d'articles

Commentaires