Retour

Québec confie au SPVM les plaintes de femmes autochtones visant des policiers de la SQ

Toutes les plaintes de nature criminelle déposées par des femmes autochtones à l'endroit d'un policier de la Sûreté du Québec (SQ) ou d'un autre corps policier de la province seront dorénavant traitées par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), a annoncé mardi le ministre de la Sécurité publique du Québec, Martin Coiteux.

Cette décision s'inscrit dans la foulée d'un récent reportage d'Enquête concernant des femmes autochtones qui disent avoir subi des agressions sexuelles de la part de policiers de la SQ à Maniwaki, à Sept-Îles et à Schefferville.

M. Coiteux dit vouloir évacuer « tout possible conflit d'intérêts réel ou apparent » dans le traitement des plaintes.

Le SPVM avait déjà reçu le mandat d'enquêter sur les dossiers de femmes autochtones de Val-d'Or après un premier reportage portant sur cette ville d'Abitibi-Témiscamingue, l'automne dernier. Ce mandat est aujourd'hui élargi.

M. Coiteux a précisé en conférence de presse que le mandat confié au SPVM concerne non seulement les plaintes de nature criminelle actuelles, mais aussi les plaintes déposées par des femmes autochtones contre un policier de la SQ au cours des 10 dernières années.

Il dit avoir demandé au directeur général de la SQ, Martin Prud'homme, de « transférer systématiquement » toutes ces plaintes au SPVM, à l'exception de celles qui ont déjà fait l'objet d'une décision du Directeur des poursuites criminelles et pénales ou de celles qui ont été fermées à la suite d'une décision de sa part.

Le SPVM fera le « traitement et l'analyse » de ces plaintes, a dit M. Coiteux.

Le ministre de la Sécurité publique dit avoir aussi demandé à M. Prud'homme de s'assurer que les policiers ne pratiquent pas des « cures géographiques », c'est-à-dire d'abandonner des Autochtones au milieu de nulle part pour qu'ils dégrisent. « Cela ne peut être une pratique tolérée », a-t-il déclaré.

Le ministre Coiteux a par ailleurs fait savoir que les femmes autochtones qui souhaitaient déposer une plainte de nature criminelle contre un policier de la SQ pourront désormais appeler les Services parajudiciaires autochtones du Québec au 1 888 844-2094.

À la suite du premier reportage d'Enquête, Québec avait lancé la ligne 1 844 615-3118. Le ministre Coiteux soutient que cette « deuxième porte d'entrée » vise à mettre les femmes autochtones en confiance afin qu'elles n'hésitent pas à porter plainte.

Les Services parajudiciaires autochtones du Québec accompagneront ensuite les plaignantes auprès du SPVM et les dirigeront parallèlement vers les centres d'aide aux victimes d'actes criminels (CAVAC) afin qu'elles puissent recevoir un traitement approprié.

M. Coiteux a aussi annoncé son intention de « bonifier » la formation offerte aux recrues de l'École nationale de police du Québec en matière de relations avec les communautés auchtones, et particulièrement avec les femmes. Des discussions à ce sujet auront lieu au cours des prochaines semaines.

En fait, l'École nationale de police du Québec ne donne aucun cours sur les Premières Nations aux futurs policiers dans son programme régulier, notait Enquête la semaine dernière. L'anthropologue Serge Bouchard dénonçait le fait que ces formations aient été interrompues faute d'argent.

Plus d'articles

Commentaires