Retour

Québec contre-attaque face au protectionnisme américain

Le gouvernement du Québec prend des mesures pour « dénoncer et atténuer » l'impact du protectionnisme américain sur l'économie québécoise.

« L’économie du Québec est menacée par les politiques protectionnistes du président Trump », a lancé le premier ministre Couillard, mercredi, à Québec.

Après « le bois d’œuvre, le papier journal, l’assaut de Boeing contre Bombardier, l’incertitude entourant le renouvellement de l’ALENA, la gestion de l’offre, il y a maintenant les tarifs de 20 % sur l’acier et de 10% sur l’aluminium », a-t-il dénoncé.

Il a rappelé que les exportations constituent la moitié de l’économie provinciale et que 75 % de ces exportations sont dirigées vers les États-Unis.

« Nous allons défendre nos travailleurs, nous allons défendre nos entrepreneurs, nous allons défendre nos agriculteurs », a martelé le premier ministre.

Une campagne de dénonciation

Les mesures à prendre pour lutter contre l’incertitude économique provoquée par les décisions de l’administration Trump ont été convenues mardi lors d’une rencontre entre le conseil des ministres et les leaders syndicaux et patronaux.

Une série d’activités de « dénonciation » sont tout d’abord prévues, notamment une visite du premier ministre à Washington et à New York, la semaine prochaine, « pour dénoncer les mesures tarifaires » auprès d’élus et de représentants de l’administration Trump.

Philippe Couillard a indiqué vouloir rappeler aux Américains que « c’est leur économie qui va souffrir [de l’imposition des tarifs] ».

Il compte aussi profiter de ces rencontres pour « cimenter des alliances avec ceux qui pensent comme [le gouvernement du Québec] ». « Et ils sont nombreux », assure-t-il.

Le gouvernement compte continuer cette campagne de dénonciation lors du prochain Conseil de la fédération et de la Conférence annuelle des gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre et des premiers ministres de l’est du Canada au mois de juillet.

Philippe Couillard a par ailleurs indiqué s'être entendu mercredi matin avec le nouveau premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, pour identifier les initiatives conjointes qui pourraient être menées pour faire face aux mesures du voisin du Sud.

Favoriser l’achat local

Québec a également élaboré une série de mesures pour atténuer l’impact du protectionnisme américain sur l’économie québécoise.

« Nous chercherons à remplacer des contrats perdus avec de l’achat local et en facilitant l’accès à des nouveaux marchés », a indiqué M. Couillard, déplorant que des acheteurs américains aient déjà coupé leurs liens avec des fournisseurs québécois.

Le gouvernement tentera ainsi de voir si les produits des entreprises touchées par les mesures américaines pourraient trouver preneur au Québec ou ailleurs au Canada.

Élargir les marchés

Philippe Couillard a aussi réitéré l’importance de trouver d’autres marchés pour être « moins dépendant du marché américain », soulignant que les marchés européens sont déjà ouverts aux entreprises québécoises.

Il a assuré que de nouvelles séances de formation seront lancées pour les entrepreneurs pour leur indiquer « comment prendre pied dans l’un ou l’autre des pays membres de l’Union européenne ».

Il aussi rappelé qu’il y a « des opportunités à saisir » en exportant les produits québécois ailleurs au Canada.

Plus d'articles