Retour

Québec et Ottawa toujours aux antipodes sur la culture du cannabis à domicile

Le rejet par le gouvernement fédéral de la proposition du Sénat de laisser le choix aux provinces d'interdire, si elles le désirent, la culture de plants de cannabis à domicile, laisse présager une dure bataille entre Québec et Ottawa.

Alors que Justin Trudeau et son Cabinet persistent à dire que la culture de plants de cannabis à domicile sera autorisée partout à travers le Canada, la ministre déléguée à la Santé publique du Québec, Lucie Charlebois, affirme qu’au Québec, « c’est zéro plant qui va s’appliquer ».

En point de presse mercredi matin, le premier ministre Trudeau a affirmé que la culture de quatre plants à domicile a été fortement recommandée par les experts consultés par le gouvernement et qu’elle vise à limiter les possibilités d’affaires du crime organisé.

« Nous avons passé des mois et même des années à parler avec des experts. Le système actuel ne fonctionne pas, il ne protège pas nos enfants et n’empêche pas le crime organisé », a-t-il commenté.

Réaffirmant que la culture à domicile sera autorisée partout au pays, M. Trudeau a rappelé que la loi sur le cannabis sera revue dans trois ans.

« Dans trois ans, on pourra réviser pour voir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas », a-t-il indiqué.

Charlebois prête au combat

De son côté, la ministre Charlebois est toujours en complète opposition avec le gouvernement fédéral sur ce sujet.

« C’est la loi du Québec qui s’applique avant la loi fédérale. Alors ce sera zéro plant. C’est super important que les citoyens saisissent bien ça », a-t-elle lancé également en point de presse mercredi matin.

Selon Mme Charlebois, le Québec s’oppose à la culture à domicile d’abord parce que « quand on commence une loi, il vaut mieux être plus restrictif ».

Elle se dit cependant ouverte à l’idée de revoir cette décision dans trois ans, lors de la révision de la loi. Selon elle, il serait toutefois impossible après ce laps de temps d’empêcher la culture à domicile si on la permet maintenant.

Mme Charlebois affirme que les Québécois veulent que l’on restreigne la culture du cannabis à domicile et prévient les députés libéraux fédéraux québécois qu’ils seront sanctionnés s’ils n’écoutent pas les citoyens qu’ils représentent.

Un projet de loi cohérent, dit la ministre fédérale de la Santé

Pour sa part, la ministre de la Santé du Canada, Ginette Petitpas Taylor, considère que de permettre la culture de plants de cannabis à domicile n’a « absolument » rien à voir avec une guerre faite au Québec et au Sénat.

« C’est une décision mûrement réfléchie. Ça fait quelques années qu’on travaille sur le projet de loi », dit-elle.

La ministre parle notamment de l’importance d’avoir un projet de loi cohérent.

« Les Canadiens peuvent cultiver du tabac, ainsi que faire leur vin ou leur bière à la maison. Nous sommes d’avis que les Canadiens pourront cultiver en toute sécurité un petit nombre de plantes. Les gens peuvent déjà faire pousser du cannabis médical. Nous croyons qu’il est important que le projet de loi sur le cannabis récréatif soit cohérent », souligne-t-elle.

Tentant de calmer le jeu, Mme Petitpas Taylor rappelle que le projet de loi comporte plusieurs règlements qui pourront accommoder les provinces récalcitrantes à la culture du cannabis à domicile. Ces dernières pourront notamment diminuer le nombre de plants de cannabis autorisés à être cultivés à la maison, et ce, jusqu’à en permettre un seul.

Elles pourront également, ainsi que les municipalités, limiter les endroits où le cannabis peut être cultivé.

Plus d'articles