Québec annoncera aujourd'hui qu'il investira 420 millions de dollars pour l'électrification des transports au cours des cinq prochaines années et prévoit des investissements de cinq milliards pour des projets en transport collectif.

Un texte de Martine Biron

En 2013, le plan d'électrification du gouvernement péquiste de Pauline Marois prévoyait des investissements de 516 millions de 2014 à 2017.

Sous le thème « Propulser le Québec par l'électricité », le plan libéral repose sur trois piliers : favoriser les transports électriques, développer la filière industrielle et créer un environnement favorable pour les automobilistes.

Ainsi, Québec vise l'ajout de 100 000 nouveaux véhicules électriques et hybrides rechargeables sur les routes du Québec d'ici cinq ans.

Pour encourager les automobilistes à opter pour ce type de véhicule, le ministère des Transports installera 785 bornes de recharge publiques sur le réseau, dont au moins une soixantaine de bornes de recharge rapide.

Le gouvernement invitera aussi les employeurs à implanter des bornes sur les lieux de travail.

Comme l'avait annoncé le gouvernement libéral de Jean Charest, le gouvernement Couillard maintient le rabais à l'achat d'un véhicule électrique jusqu'à concurrence de 8000 $ jusqu'à la fin de 2016.

Québec entend par ces mesures faire en sorte qu'à partir de 2020, la consommation annuelle de carburant dans les transports aura diminué de 66 millions de litres. Il vise aussi, toujours à partir de 2020, une réduction annuelle des émissions de GES de 150 000 tonnes dans les transports.

Le gouvernement prévoit que 5000 emplois seront créés dans l'industrie liée à l'électrification des transports, alors qu'il envisage des investissements privés de l'ordre de 500 millions.

Québec donnera l'exemple

Québec entend favoriser la recherche et le développement dans le secteur. Il mettra sur pied des programmes conjoints entre l'entreprise et le secteur universitaire. Différents programmes de formation de la main-d'œuvre seront mis en place.

Pour donner l'exemple, Québec s'engagera à électrifier le parc automobile gouvernemental et promet que d'ici 2020, 1000 véhicules seront électriques.

Il s'engage aussi à créer un environnement propice aux automobilistes qui prendront le virage électrique en leur donnant, par loi, accès aux voies réservées.

Ces automobilistes pourront aussi passer gratuitement aux ponts à péage des autoroutes 25 et 30, et sur les traverses payantes de la société des traversiers à partir du 1er janvier 2016.

Le plan du gouvernement Couillard prévoit aussi des investissements de 5 milliards de dollars pour des projets présentement à l'étude en transport collectif, dont le système de transport collectif sur le nouveau pont Champlain et le train de l'ouest de Montréal.

Le PLQ se traîne les pieds, dit le PQ

À 24 heures de l'annonce du gouvernement, le Parti québécois a accusé le gouvernement Couillard de prendre son temps dans ce dossier.

« On a l'impression que le gouvernement libéral a le pied sur le brake », a affirmé la députée Martine Ouellet.

En compagnie du chef du parti Pierre Karl Péladeau, elle a réclamé du gouvernement qu'il s'engage à présenter un projet de loi « zéro émission » pour augmenter de façon importante l'offre de véhicules électriques sur le marché automobile québécois.

« Une telle législation ferait en sorte de rendre les véhicules hybrides branchables et électriques plus accessibles pour les Québécois », ajoute Mme Ouellet.

Plus d'articles

Commentaires