Retour

Québec privatise la promotion touristique de la province à l'étranger

La ministre du Tourisme, Dominique Vien, annonce la création de l'Alliance de l'industrie touristique du Québec, un organisme indépendant qui serait chargé d'orchestrer la promotion de la destination du Québec à l'étranger.

La ministre Vien a présenté ce matin les mesures qui font partie du nouveau plan d'affaires du gouvernement pour l'industrie touristique.

La ministre affirme que les gens d'affaires souhaitaient le regroupement des actions pour qu'un message cohérent soit livré dans la promotion du Québec ailleurs dans le monde. « On avait besoin d'une plus grande cohérence, on avait besoin aussi de fédérer les organisations sur le terrain en tourisme qui ont été séduites par cette avenue qu'on privilégie. »

La mesure semble en effet bien accueillie par les gens d'affaires. « C'est important qu'on regroupe l'ensemble de nos actions pour aller à l'international projeter un message unique et non diversifié et c'est un constat de l'industrie touristique qui a été fait depuis plusieurs années » affirme Alain Girard, directeur de l'Hôtel Château Laurier.

Avec la création du nouvel organisme, la promotion touristique de la province passerait aux mains du privé. Des 17 personnes qui siégeraient à l'Alliance de l'industrie touristique de Québec, 12 proviendraient de l'industrie touristique.

Mesure dénoncée

Par voie de communiqué, le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) dénonce quant à lui cet après-midi la proposition de Québec. Le SPGQ affirme que le gouvernement « ne fait que continuer sa mission de destruction de l'État québécois en privatisant les services publics ».

Le SPGQ soutient que le gouvernement contourne ses propres règles en matière de gestion contractuelle en octroyant, sans appel d'offres, le budget de promotion du ministère du Tourisme au secteur privé et que la réorganisation entraînera l'abolition de dizaines de postes.

Pas de pertes d'emploi, dit la ministre

Actuellement, les différentes associations touristiques du Québec organisent elles-mêmes leur promotion. Selon la ministre, la création du nouvel organisme n'engendrerait pas de pertes d'emplois, mais une vingtaine de fonctionnaires pourraient être replacés.

L'Alliance de l'industrie touristique du Québec bénéficierait d'un budget de 30 millions de dollars, dont 13 du ministère du Tourisme et 10 des associations touristiques régionales, le reste étant financé par le milieu.

Le financement public du nouvel organisme proviendrait des revenus de la taxe d'hébergement, qui sera uniformisée à 3,5 % partout au Québec, si le projet de loi 67 est adopté.

D'après les informations de Louise Boisvert

Plus d'articles

Commentaires